L'Azerbaïdjan, les femmes et le travail
2013-03-05

La place de la femme azerbaidjanaise est aujourd'hui partagée entre les aspirations européennes et le maintien des traditions patriarcales du pays.

Aux confins de l'Europe et de l'Asie mineure, au nord de l'Iran et au sud de la Russie, l'Azerbaïdjan se positionne stratégiquement sur la scène internationale grâce à l'alternative qu'il propose à l'Europe pour son approvisionnement en ressources énergétiques. La production pétrolière et gazière du pays représente 48,7% (2011) de son PNB et place ce secteur comme le poumon économique du pays, dynamisant les secteurs secondaire et tertiaire (construction, banques, services).

L'histoire de l'Azerbaïdjan a façonné un pays aux influences culturelles multiples et parfois antinomiques. Après une période d'indépendance progressiste où le droit de vote avait été accordé aux femmes dès 1918, le régime soviétique de l'URSS est venu désingulariser pendant près de 70 ans ce pays aux frontières mobiles, résultant en lourds contentieux avec les pays limitrophes. L'annonce de l'indépendance en 1991 a ouvert la voie à une émancipation politique progressive et à l'établissement d'un cadre légal inspiré des démocraties modernes. De nos jours le pays est qualifié de république turcophone musulmane à domination chiite . L'Azerbaïdjan est un pays jeune où près d'un tiers de sa population a entre 15 et 30 ans (29,3%).

Cependant d'après un rapport de l'UNFPA, l'indépendance de l'Azerbaïdjan a également vu le renforcement d'attentes sociales ralentissant l'émancipation des femmes en complète opposition avec l'expansion économique et l'ouverture du pays sur le monde.

Seules 67% des femmes travaillent contre rémunération alors que le chiffre s'élève à 77% pour les hommes. Ces derniers sont en moyenne bien mieux payés puisque le salaire moyen d'une femme correspond à 44% de celui d'un homme. Cette distorsion est justifiée par le fait que « les femmes sont toujours dépendantes financièrement d'un homme qui doit subvenir à leurs besoins ». La différence de salaire n'est pas la seule manifestation d'une forte inégalité entre les genres face au travail : les positions décisionnelles sont exceptionnellement laissées aux femmes qui n'en occupent que 5% dans le secteur privé et 22% dans le secteur public.

Pour en savoir plus, voir sur Bakou francophones:

[URL : http://bakoufr.wordpress.com/2012/12/19/lazerbaidjan-les-femmes-et-le-travail/]

.


- Une société ancrée dans un modèle patriarcal.

- Un cadre législatif protectionniste.

- Une économie basée sur des secteurs difficiles d'accès aux femmes.

- L'émancipation des femmes ou le grand écart famille / travail.

- Le soutien relatif d'une société civile encadrée.

- Les femmes représentées dans l'arène politique
.