Projet de Centre culturel et spirituel russe de Paris (pétition de l'Union des électeurs russes de France, janvier 2013)
2013-02-28

Une pétition soutenue par l'UERF à destination de l'Ambassadeur de Russie est en cours de signature. Elle demande le réexamen du dossier concernant le projet de Centre culturel et spirituel de Paris (dont une 2ème cathédrale russe dans la capitale française) et une large consultation de toutes les parties concernées.

Votre Excellence! Monsieur l'Ambassadeur!

Quelques jours seulement après que le Préfet de Paris et de la Région Île de France eut refusé d'avaliser et renvoyé pour révision le projet du Centre Culturel et Spirituel russe quai Branly, le 23 novembre de cette année, la station de radio « Voix de la Russie » a diffusé une déclaration de votre part.

Vous y affirmez que le projet rénové sera préparé dans le délai exceptionnellement court de deux mois, que l'obtention du permis de construire est attendu pour la visite du Prédisent de la République Française en Russie au printemps 2013, tandis que la construction elle-même sera achevée en 2016. Une telle hâte, en dépit de nombreuses questions suscitées par le projet rejeté, fait penser que la partie russe n'a pas tiré toutes les leçons des derniers événements.

De nombreux critiques du projet, parmi lesquels le maire de Paris Bertrand Delanoë, sans remettre en cause l'idée même d'un centre culture et spirituel comprenant en son sein un lieu de culte chrétien orthodoxe, témoignent que la préparation du projet refusé a été menée dans la hâte et avec une ouverture insuffisante. L'opinion publique n'a pas été prise en compte. La constitution du jury était discutable, ainsi que le règlement du concours, qui rendait pratiquement impossible un travail collectif des architectes dans la mesure où tous les lauriers devaient aller à un seul vainqueur. Le jury était composé de personnes qui n'étaient pas toujours compétentes dans les domaines de l'art et de l'architecture, ni indépendantes. Les représentants des autorités municipales de Paris ont été admis, mais sans droit de vote. Enfin l'opinion publique a été interrogée au moyen d'un site non officiel et peu connu et représentée par l'Association des habitants du 7e arrondissement de Paris, plus compétente dans les problèmes de distribution d'eau ou d'électricité. La presse à cruellement surnommé le projet de « vinaigrette à la russe ». La situation qui s'est créée autour du premier projet est proche du scandale.

En conséquence, nous, citoyens de France et de Russie, représentants de la communauté russe de Paris et autres personnes concernées, vous demandons d'employer tous les efforts pour apaiser les controverses et vous demandons avec insistance de prendre, en collaboration avec les autorités russes, les mesures suivantes :
- 1. Étendre dans une mesure raisonnable les délais de préparation du projet amendé.
- 2. Annoncer une participation effective de la société civile à l'élaboration du projet.
- 3. Organiser à Paris une réunion ouverte à tous en présence des architectes, de fonctionnaires compétents de l'Administration du Président de la Fédération de Russie, des anciens membres du jury et de vous-même.
- 4. Rendre publique la procédure d'élaboration et associer à ce travail des représentants des institutions artistiques, culturelles et religieuses reconnues (Institut de théorie et d'histoire de l'architecture et de l'urbanisme de l'Académie russe des Architecture et Construction, Académie des beaux-arts de l'Institut de France, École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, École nationale supérieure d'architecture de Paris-Belleville, École nationale supérieure d'architecture de Paris-Malaquais, École nationale supérieure d'architecture de Marne-La Vallée, École nationale supérieure d'architecture de Paris-Val de Seine, Ministère de la Culture et de la Communication de France, Département d'Histoire de l'Architecture et d'Archéologie de Paris, l'Institut de Théologie Orthodoxe de Paris, l'Assemblée des Évêques Orthodoxes de France…).
- 5. Apporter des précisions sur le contenu du futur Centre culturel et donner des garanties de neutralité politique et d'égale collaboration avec toutes les organisations russes de France indépendamment de leur orientation politique réelle ou supposée.
- 6. Informer régulièrement sur le déroulement du travail d'élaboration à travers le site internet officiel de l'Ambassade de Russie en France.
- 7. Désigner parmi le personnel de l'Ambassade de Russie en France, une personne chargée de recevoir les commentaires du public sur l'état d'avancement du dossier, de les porter à la connaissance des fonctionnaires compétents et d'informer les citoyens sur l'évolution du dossier.

Le nombre de Russes installés à Paris et en France ne cesse de croître. Il existe objectivement un besoin d'institutions culturelles russes à Paris, mais l'utilité des initiatives prises dans ce domaine peut être compromise par les scandales et les erreurs de conception. Un Centre culturel russe doit apparaître comme un monument dédié à l'amitié franco-russe et non pas déparer une ville ayant une signification incomparable pour la culture et la spiritualité russes, ou devenir un objet de moqueries. Le processus d'élaboration lui-même peut devenir un moment positif et mémorable dans les relations entre les deux cultures, dont les représentants ont naturellement vocation à y prendre part et à assurer un contrôle public. Cette large consultation est aussi la seule qui réponde à cet esprit d'ouverture universel, dont parlait Dostoïevski dans son « Discours sur Pouchkine ». L'architecture est plus durable que l'homme et la présence des Russes à Paris trop ancienne pour que l'on agisse avec précipitation. Ne jetez pas une ombre sur les relations de la ville avec une partie de ses habitants.



Pour en savoir plus

:

- [URL : http://www.facebook.com/events/127526574070085/],

- [URL : https://www.change.org/fr/p%C3%A9titions/ambassadeur-de-russie-en-france-rediscuter-le-projet-de-centre-culturel-et-spirituel-russe-%C3%A0-paris].