Croatie : état des lieux 2012 pour la francophonie (AFI)
2013-01-07

Natasa Laporte, journaliste, propose dans l'édition 2012 de "L'Année francophone internationale" un état des lieux pour la Serbie : - politique, - économie, - culture et francophonie.

Fin 2011, ce pays ex-yougoslave, qui devrait rejoindre l'Union européenne en juillet 2013, a choisi l'alternance politique en portant au pouvoir la coalition de centre-gauche, sortie victorieuse des élections législatives loin devant le parti conservateur HDZ.

Politique



La Croatie est entrée dans l'année 2012 sous le signe de l'alternance au pouvoir.

En effet, le 4 décembre 2011, la coalition baptisée « Kukuriku » (« Cocorico »), composée du Parti social-démocrate (SPD), du Parti populaire-libéraux démocrate (HNS), du Parti croate des retraités (HSU) et de l'Assemblée démocratique d'Istrie (IDS), a remporté la victoire aux élections législatives avec 80 mandats, devançant largement l'Union démocratique croate (HDZ, droite) qui en a obtenu 47.

La victoire de la coalition du centre-gauche a ainsi mis fin à vingt ans de pouvoir quasi-ininterrompu -à l'exception de la période entre 2000 et 2003- de la HDZ, dont l'ancien dirigeant et ex-Premier ministre (2003-2009) Ivo Sanader, extradé par l'Autriche en juillet 2011, est actuellement jugé pour son implication sans plusieurs dossiers de corruption.

C'est donc le gouvernement de Zoran Milanovic (SPD) qui sera à la tête de cette république, issue de l'ancienne Yougoslavie, au moment de son entrée dans l'Union européenne (UE), prévue pour le 1er juillet 2013. Le traité d'adhésion signé le 9 décembre 2011, l'intégration à l'Union, a obtenu l'aval des Croates, à plus de 66% lors d'un référendum tenu un peu plus d'un mois plus tard, marqué toutefois par une faible participation d'électeurs (43,5%).

Economie



La nouvelle équipe dirigeante est confrontée à une situation économique délicate. Sévèrement touchée en 2009 par la crise mondiale, l'économie croate peine à se relever.

Après avoir stagné en 2011, elle a replongé dans la récession. Selon les dernières perspectives régionales de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, le PIB croate devrait reculer de 1,2% en 2012. Le chômage, lui, a dépassé 16% au sens du BIT au premier semestre 2012, d'après l'Office national des statistiques.

Parmi les mesures adoptées, un budget visant à réduire le déficit ainsi que des mesures fiscales telles que l'augmentation de la TVA à 25% ont vu le jour en 2012. Une renégociation, avec les syndicats de la fonction publique, de la convention collective afin de réduire des primes sur les salaires des fonctionnaires ont été lancées.

Le gouvernement mise par ailleurs sur des investissements dans les domaines de l'énergie et des infrastructures pour redresser l'économie. Il a également relancé la restructuration et la privatisation des chantiers navals, déficitaires pour la plupart, qui n'auront plus le droit d'être subventionnés par l'Etat une fois dans l'UE ; dans ce cadre le plus ancien chantier naval de Croatie, Kraljevica, a fait l'objet d'une procédure de faillite.

Enfin, côté entreprises, plusieurs dépôts de bilan dans le Sud du pays ont récemment défrayé la chronique.









Pour en savoir plus [URL : 4007].