Le Kazakhstan présente un programme d'éducation secondaire pour les enfants de 12 ans
2004-07-26

Le Kazakhstan présente un programme d'éducation secondaire pour les enfants de 12 ans



Le ministre de l'éducation et des sciences, Nuraly Bekturganov, a suggéré un modèle d'éducation du Kazakhstan : enseignement de trois langues aux écoliers : kazakh, russe et anglais.

A ses yeux, les étudiants ne doivent pas seulement apprendre ces langues mais également étudier différentes matières scolaires dans ces langues. Par exemple, mathématiques en russe, géographie en anglais… L'approche du Ministre semble très attractive, dans la foulée de l'idée que défend Astana d'une "Communauté eurasienne", mais les journaux discutent surtout de l'introduction d'un système d'éducation pour les enfants de 12 ans, récemment approuvé par le conseil pédagogique national. Dans cette perspective, le journal Zhas Kazak Uni pose une question : "Quel est le bénéfice de ce nouveau programme éducatif ? Aujourd'hui, beaucoup d'écoles Kazakh, particulièrement dans les campagnes, manquent du matériel le plus indispensable et même d'établissements convenables. Beaucoup d'écoles n'ont pas de gymnase et manque de manuels de qualité".

Dans un article dans Altyn Orda, Raziga Asheyeva critique l'idée de présenter le nouveau programme. Elle admet que ce programme pourrait être en avance (depuis il a été présenté en Russie), mais il ne sera pas bon pour le Kazakhstan. Il requiert immédiatement un apport financier qui a toujours été un grand problème. De plus, il demande de nouveaux manuels, de nouvelles bases méthodologiques, de nouveaux enseignants capables d'enseigner selon les exigences du secondaire et des grandes écoles. C'est facile de gâcher ce que nous avons, mais le Ministre de l'Education n'est pas prêt pour cette réforme. "Les responsables de l'Education gagneront la réputation d'être des réformateurs progressifs, alors que toutes les difficultés iront aux proviseurs et aux enseignants" pense Madame Asheyeva. Dans le même temps, Askarbek Kusainov, directeur des éditions Mektep, qui a étudié le système éducatif en Allemagne, pense que le nouveau système est une réelle découverte et que la réforme éducative apportera des résultats positifs. M. Kusainov est non seulement un lobbyiste mais probablement l'un des auteurs de cette nouvelle réforme.



(Kazakh-language press, 24-25 août 2001)