Géorgie : loi d'amnistie, 190 prisonniers politiques libérés (12 janvier 2013)
2013-01-14

Couurier international, avec Civil Georgia, Paris, 14 janvier 2013.

Le 12 janvier, devant les caméras de télévision, le président du parlement, David Oussoupachvili, a signé en direct la loi sur l'amnistie. "Pour la première fois dans l'histoire de la Géorgie, le gouvernement est passé outre le veto du président (Mikheïl Saakachvili)", se réjouit le site d'information Civil Georgia.

Près de 3 000 prisonniers sortiront de prison, et des centaines d'autres verront leur condamnation écourtée.

Les 190 détenus reconnus comme prisonniers politiques (accusés entre autres d'"espionnage pour le compte de la Russie"), ont été libérés dès le 13 janvier.

"Ces 190 personnes prouvent que pendant des années les gens étaient persécutés pour leur opinion politique. Plus jamais personne, en Géorgie, ne devra être persécuté pour des motifs politiques", a déclaré le président du parlement.

Le député du parti de Saakachili Mouvement national uni, Guiorgui Gabachvili, estime que "derrière des considérations pseudo-humanistes, l'Etat géorgien a commis un acte dangereux pour la sécurité des citoyens", en libérant des "criminels" et des "espions russes".

Pour le défenseur des droits de l'homme Outcha Nanouachvili, "c'est une journée historique", car "elle marque la fin des persécutions politiques en Géorgie".

Source :

- [URL : http://www.courrierinternational.com/breve/2013/01/14/loi-d-amnistie-190-prisonniers-politiques-liberes].