Attentats en Tchétchénie : 8 morts (août 2011)
2013-01-16

Le Figaro avec AFP, Paris, 8 août 2011.

Huit personnes dont plusieurs policiers ont été tuées dans une série d'attentats suicide à Grozny hier soir. Au mois 22 personnes ont été blessées dont 18 policiers. Cinq sont hospitalisés dans un état très grave.

Les attentats en plein centre de Grozny, capitale tchétchène, près du parlement de la république ont été commis par trois kamikazes. La première explosion s'est produite quand des policiers ont tenté d'interpeller un homme suspect dans une rue de Grozny pour vérifier ses papiers d'identité. Il a alors activé une bombe qu'il portait sur lui, tuant deux policiers. Deux autres kamikazes se sont fait exploser un peu plus tard au même endroit, alors qu'avaient afflué policiers et badauds..

"Nous avons identifié un des terroriste. Il s'agit du frère d'un autre terroriste qui avait commis un crime sanglant analogue il y a un an. Il s'est avéré que c'est une famille de terroristes", a déclaré le président tchétchène Ramzan Kadyrov. Les attaques sont survenues le jour où les musulmans fêtaient Ouraza baïram (Aïd al-Fitr) marquant la fin du mois de Ramadan. "Ceux qui ont envoyé ces bandits dans la ville en ce jour sacré pour les musulmans n'ont ni honneur, ni religion, ni nationalité. Il faut mener contre eux une lutte sans merci. Ce ne sont pas des êtres humains, c'est une engeance de l'enfer", a lancé le président, selon son site officiel.

Ces attentats illustrent la fragilité de la normalisation en Tchétchénie face à la rébellion qui ensanglante tout le Caucase russe et que Moscou n'arrive pas à juguler depuis plus de quinze ans. "C'est une gifle à Ramzan (Kadyrov). Les attentats ont montré qu'il n'y a aucune stabilisation en Tchétchénie, alors que c'est ce que Moscou réclame", a commenté Alexeï Malachenko, expert du Caucase au centre Carnegie de Moscou. Le fait qu'il y ait eu trois kamikazes témoigne que l'attaque a été soigneusement préparée et "doit être pris très au sérieux", poursuit l'expert. "Je pense que cela va se répéter".

Après la première guerre de Tchétchénie (1994-1996) entre forces russes et indépendantistes, la rébellion s'est progressivement islamisée et étendue aux républiques voisines pour se transformer au milieu des années 2000 en un mouvement islamiste armé actif dans tout le Caucase du Nord. Les républiques du Caucase sont presque quotidiennement le théâtre d'attaques, d'embuscades, d'explosions ou d'attentats. En octobre dernier, le parlement tchétchène a été attaqué par un petit groupe de rebelles qui avaient tué trois personnes avant de se faire exploser ou d'être tués. En août 2010, les rebelles s'étaient livrés à une attaque de grande ampleur contre le village natal de M. Kadyrov.

La rébellion islamiste, qui prône l'instauration d'un émirat du Caucase dans cette région, a notamment revendiqué le double attentat suicide de mars 2010 dans le métro de Moscou (40 morts) et celui de l'aéroport Moscou-Domodedovo en janvier (36 morts).