Les avancées notables de l'économie russe
2004-08-04

La Russie s'est vue reconnaître, au printemps 2002, par les Etats-Unis et l'Union Européenne, le statut d'économie de marché. Il s'agit d'un pas significatif vers l'adhésion à l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC), peut-être en 2004, à condition que Moscou ouvre les marchés des services financiers et des télécommunications, et résolve le problème du double prix du gaz et de l'électricité.

Les avancées notables de l'économie russe



Onze ans après la dissolution de l'URSS, les lois soviétiques ont été remodelées, même si elles n'ont pas toutes été abrogées, au risque de quelques confusions et contradictions.

Depuis l'arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine en janvier 2000, on ne compte plus les codes et les lois alignant les textes en vigueur en Russie sur ceux appliqués à l'Ouest :
- Nouveau code fiscal qui, avec un taux unique de 13 %, fait de la Russie un paradis fiscal équivalent, en théorie, à l'Irlande
- Nouveau code civil, nouveau code du travail en janvier 2002, d'inspiration relativement libérale
- Simplification du code des douanes, allégement du contrôle des changes
- Nouveau code de procédure pénale
- Autorisation de vente des terres agricoles
- Simplification des modalités d'enregistrement des entreprises
- Refonte des tribunaux de commerce, etc

Tout se passe comme si la Russie voulait faire "du passé, table rase", pour mieux séduire, onze ans après la chute du communisme, les investisseurs occidentaux dont elle a tant besoin. Car le plus vaste pays de la planète a beau receler d'immenses gisements d'hydrocarbures, de métaux précieux, d'ingénieurs et de chercheurs, il n'a attiré jusqu'à présent (NDLR : oct. 02) qu'une vingtaine de milliards de dollars, moins que la Hongrie, pourtant quinze fois plus petite.

Comme l'explique l'augmentation de 6,7 % du revenu réel des Russes - d'octobre 2001 à septembre 2002 - l'ambiance dans la capitale est résolument à l'optimisme. Le revenu moyen mensuel s'établit désormais à 120 dollars par personne. La bourse de Moscou a réalisé en 2002 l'une des meilleures performances mondiales. La croissance profite du niveau élevé cours du pétrole. En conséquence, le budget a dégagé un excédent primaire. Les réserves de la Banque Centrale battent des records, atteignant 37 milliards de dollars. L'inflation ne dépasse pas 16 %.


(d'après Les Echos - Yves Bourdillon, 3 octobre 2002 : "La Russie ne fait plus peur" ).