Kosovo : sécurité des voyageurs
2013-02-06


Les voyages ne sont à déconseiller que dans le nord du pays. Encore peut-on, notamment pour raisons professionnelles et moyennant des précautions de bon sens, s'y rendre sans prendre de risques inconsidérés.

Risque de tensions



Depuis la déclaration d'indépendance le 17 février 2008, la situation sécuritaire s'est améliorée. C'est le cas dans l'immense majorité du pays, albanophone, où les dangers d'agression sur la voie publique sont faibles et les incivilités limitées. C'est aussi le cas dans les zones de communautés minoritaires, y compris serbes. Les enclaves serbes ne se distinguent en rien du reste du pays.

La région du Nord, politiquement la plus sensible et qui demeure la proie de manifestations épisodiques, demande que l'on prenne, pour s'y rendre, des précautions de bon sens et que l'on s'abstienne d'y courir des risques inutiles (présence lors d'évènements festifs, commémorations, prévision de troubles à l'ordre public en fonction des relations avec le gouvernement du Kosovo et la communauté internationale). Avant de s'y rendre, un contact avec l'ambassade peut permettre de prendre un conseil et d'avoir de la situation une vision actualisée.

Présence d'engins non explosés



L'UNMACC (United Nations Mine Action Coordination Center), organisme chargé de la coordination des actions de déminage, considère qu'environ 90 % du territoire est déminé. Le risque lié à la présence de mines et d'engins non explosés disséminés reste cependant réel. La plus grande prudence est donc nécessaire hors des zones de passage et de peuplement, surtout dans les zones montagneuses.

Concernant les engins non explosés, les lieux à risque sont ceux des zones bombardées en 1999 : postes frontières, casernes, dépôts militaires. Pour les mines anti-personnel, les zones concernées sont concentrées aux frontières internationales. En tout état de cause, si les axes principaux et secondaires sont déminés, il ne faut pas s'écarter des sentiers balisés, en particulier dans les zones de Dragash, de Gjakova et de Peja/Pec. II est recommandé de consulter les cartes mises à jour par le Mine Action Center de Pristina (Prishtinë) concernant les zones à risques

(Tél. : 381 38 504 604 5350,

site Internet : [URL : http://www.mineaction.Org/unmik.org->www.mineaction.Org/unmik.org],

adresse électronique : [URL : macc-kosovo.un.org]).

Risque sismique



Il existe au Kosovo, souvent d'ampleur limitée. Les recommandations de base sont les suivantes :

- A l'intérieur : s'éloigner des fenêtres, des murs extérieurs, de tout meuble, tableau, luminaire susceptibles de se renverser ; s'abriter sous une table solide ou tout meuble résistant ou rester debout sous un encadrement de porte ;

- A l'extérieur : s'efforcer d'atteindre un espace libre, loin des arbres, poteaux électriques, murs ou bâtiments; dans la voiture, s'arrêter au bord de la route et attendre à l'intérieur la fin des secousses.

Dans tous les cas, il faut conserver son calme, suivre les instructions données et attendre les secours, si nécessaire. Tout séisme important est suivi d'une série de secousses secondaires. Si un tremblement de terre se produisait lors d'un séjour touristique, il est recommandé à nos ressortissants de prendre immédiatement contact avec leurs familles ou leurs proches afin de les rassurer sur leur sort ou, le cas échéant, en cas de problème de communication avec l'extérieur, avec l'Ambassade de France.


Source : ministère français des affaires étrangères