Le site Internet de l'Institut d'Etudes slaves
2013-02-21

Nouveau site : [->http://institut-etudes-slaves.fr/?page_id=1169].

Éditeur-diffuseur spécialisé, l'établissement propose un vaste choix d'ouvrages concernant le domaine slave

: des textes de sciences humaines, historiques et philologiques, des méthodes de langue, des grammaires et des lexiques russe-français. Nous éditons également des ouvrages consacrés aux pays de l'Europe centrale, orientale et balkanique, à leur culture et à leur histoire avant et après la chute du communisme.

L'Institut d'études slaves est un établissement reconnu d'utilité publique (Journal officiel du 27 mars 1920 et décret du 22 novembre 1925).

Il fut créé en 1919 par l'historien Ernest Denis grâce à l'aide du Gouvernement français et des Gouvernements tchécoslovaque et yougoslave. Il bénéficia également, à partir de 1923, d'une participation de la Pologne.

L'Institut d'études slaves est un établissement autonome régi par la loi de 1901 sur les associations. Il fut rattaché à l'Université de Paris (par une convention du 14 mars 1922), qui était de 1921 à 1981 propriétaire de l'immeuble qui l'abrite. En 1981, l'immeuble a été transféré à l'université de Paris-Sorbonne, puis cédé à l'État en 1982.

Depuis 1991, la gestion de l'immeuble est assurée par l'université Paris-Sorbonne à laquelle il a été attribué à titre de dotation.

Vocation première : « Promouvoir la connaissance scientifique des choses slaves » (E. Denis)



Entre 1919 et 1948, l'Institut d'études slaves était mandaté par le ministère des Affaires étrangères pour être le lieu d'accueil des étudiants slaves boursiers du Gouvernement français qui venaient en grand nombre pour suivre les cours de la prestigieuse Sorbonne.

Ces étudiants trouvaient sur place, outre le service comptable qui leur délivrait les mensualités de leur bourse, une tutelle pédagogique assurée par des fonctionnaires détachés par les ministères de l'Éducation de leurs pays respectifs. Ils disposaient rue Michelet de locaux pour leurs clubs, leurs réunions culturelles, leurs salles de lecture ou leurs concerts.

L'Institut d'études slaves assurait en outre la tutelle des instituts français qui étaient très actifs dans les pays slaves, notamment l'Institut Ernest-Denis à Prague, les instituts français de Sofia, de Zagreb, etc. Ces fonctions d'accueil et de tutelle de l'Institut ont pris fin avec les transformations politiques liées à la Deuxième Guerre mondiale.

La collection des ouvrages de la Bibliothèque russe de l'Institut d'études slaves est la continuation des publications de l'Institut français de Saint-Pétersbourg dont le premier volume remonte à 1912.

Accompagnement de la recherche



En regroupant la plus grande partie des enseignants et des chercheurs dans son domaine, l'Institut occupe une place privilégiée pour assurer un rôle de coordinateur des recherches menées en France sur les pays de l'Est.
Des programmes de colloques, l'édition d'actes de colloques, de communications françaises destinées aux congrès tenus à l'étranger sont organisés en collaboration organique avec les grands établissements français :

- Centre national de la recherche scientifique,
- École des hautes études en sciences sociales,
- Institut national des langues et civilisations orientales,
- Universités parisiennes et de province.

Cette activité d'accompagnement s'étend à la recherche pédagogique, en collaboration avec l'Inspection générale de russe et l'Association française des russisants (avec laquelle l'IES partage le siège).

L'Institut abrite également une bibliothèque couvrant une grande variété de domaines de la slavistique : russe, ukrainien, biélorusse, tchèque, slovaque, polonais, serbe, croate, slovène, macédonien, bulgare, sorabe, polabe, albanais, balte, hongrois, roumain… Elle a en dépôt le fonds slave de l'Institut de recherche et d'histoire des textes (IRHT) et dispose de précieuses archives et manuscrits.

Fonctionnement



Association d'utilité publique, l'Institut est dirigé par un conseil d'administration élu par l'assemblée générale des membres. À son tour, le conseil désigne en son sein un bureau.

Le président actuel est Stéphane Viellard, professeur à l'université Paris-Sorbonne.