Discours de M. Antanas Valionis, Ministre des Affaires Etrangères de Lituanie (2003)
2013-03-11

Le Ministre lituanien des Affaires Etrangères a présidé une conférence le 28 avril 2003 à "Sources d'Europe" (Paris La Défense); le COLISEE y était représenté par Gilles Dutertre .

Discours de M. Antanas Valionis, Ministre des Affaires Etrangères de Lituanie


le 28 avril 2003

Mesdames et Messieurs,
Chers amis,

Tout d'abord, je vous remercie de l'occasion qui m'est donnée pour vous présenter notre pays: la
Lituanie à Source d'Europe.

Il y a 50 ans, Robert Schuman, déclarait:
"L'Europe ne va jamais être créée en une étape ou selon un plan unique. Elle va être créée par des
acquisitions concrètes, lesquelles précéderons la solidarité de facto"
.
Aujourd'hui c'est devenu la réalité. L'Europe ne s'est pas établie en une nuit: elle s'élargit pas à
pas, en accueillant les nouveaux membres.

Dans une Europe élargie,

la Lituanie souhaite être un partenaire actif et responsable

, qui jouerait
une rôle important dans la coopération régionale ainsi que dans la prospérité, la stabilité et la
sécurité de l'Union Européenne.

Pour la Lituanie, l'année 2002 était très importante, remplie d'événements majeurs. Nous avons
terminé les négociations avec l'Union Européenne, célébré le l0ème anniversaire de notre
Constitution démocratique et été invités à devenir membres de l'OTAN. Cette année a clos une
décade entière de réformes démocratiques et économiques en Lituanie.

La croissance du PNB l'année dernière a dépassé les pronostics ( 6.7 %), dans le même temps
l'inflation restait basse (la moyenne des années 1997-2002 est 2.3%). La Commission Européenne
a reconnu la Lituanie comme l'économie de marché.
Très récemment, le 16 avril 2003, à Athènes la Lituanie à reçu le statut du pays " en accession ".

Maintenant, la tâche la plus importante est de devenir membre au plein sens de ce terme et
assumer les obligations et responsabilités d'un pays membre. Dans deux semaines, les lituaniens vont voter au référendum pour l'accession à l'UE. Les
analyses de l'opinion publique montrent que les 2/3 des électeurs sont pour l'entrée de la Lituanie
dans l'Union Européenne.

La Lituanie aspire à devenir membre de l'Union Monétaire Européenne et membre de l'espace
Schenghen avec le premier groupe de pays (2005-2007).
La Lituanie consacre beaucoup d'attention aux tâches adoptées au Sommet de Lisbonne: créer
l'économie compétitive, dynamique, basée sur la connaissance, maintenir le développement
durable et la cohésion sociale.
La croissance économique en Lituanie est liée au développement des secteurs de l'énergie, du
transport ainsi que des télécommunications. Le " cercle Baltique " de l'électricité avec
l'intégration de la Lituanie et de la Pologne est essentiel. Les projets de transport routière " via
Baltica ", " via Hanseatica " et " Rail Baltica " sont très importants pour le développement de la
région.

Les relations de bon voisinage et de coopération régional sont toujours primordiales pour la
politique étrangère de notre pays. Dans ce contexte la Lituanie est prête à partager l'expérience de
son développement démocratique et économique relativement rapide avec ces voisins tel quels
l'Ukraine, la Biélorussie, la Moldavie, etc. La Lituanie attache une très grande importance à la
coopération entre l'Union Européenne et la Russie, dans ce cadre la question de Kaliningrad est
considérée comme " la fenêtre des opportunités " avec l'élargissement de l'UE et l'intégration
européenne des pays comme la Lituanie et la Pologne.

La Lituanie participe à la Convention sur l'avenir de l'Europe dirigée par Valéry Giscard
d'Estaing. Pour nous, l'avenir de l'UE est associé à la prospérité, la solidarité, l'égalité, la
sécurité, l'équilibre institutionnel, l'influence mondiale dans la politique internationale.

La Lituanie et la France partagent les valeurs et les principes européens.
La Lituanie veut contribuer à la création de l'identité européenne.
La Lituanie apprécie l'importance de la France dans la construction de l'Europe unique. Les
fondations de L'Union Européenne ont été créées par deux français: Robert Schuman et Jean
Monet. Aujourd'hui un autre grand homme politique français Valéry Giscard d'Estaing préside la
Convention sur l'avenir de l'Europe. La France a toujours été " le moteur " de l'UE.

La Lituanie
souhaite coopérer avec la France et s'inspirer de l'expérience française et créer un avenir
commun.





Au cours de la même conférence,

M. Maniokas

, Directeur Général adjoint du Comité européen auprès du gouvernement de Lituanie, a expliqué le dispositif d'information en vue du referendum des 10-11 mai sur la ratification de l'adhésion à l'UE. En effet , si 66 % des votants devraient se prononcer pour l'adhésion, le taux de participation reste un important souci.

Sites Internet à consulter :
- [URL : www.euro.lt]
- [URL : uzeuropa.lt]