L'environnement, une économie durable pour Sarajevo (mars 2013)
2013-11-06

Sarajevo, 8 mars 2013, BH Info, Jean-François Doualas.

Durant le premier Forum Mondial d'Urbanisme de Sarajevo, en septembre 2012, consacré au Grand Paris, des contacts se sont noués entre le département français de l'Essonne et le Canton de Sarajevo. Souhaitant approfondir les discussions entamées sur les problèmes de l'environnement, le Syndicat des Ordures Ménagères de la Vallée de Chevreuse (SIOM) a envoyé une délégation, en novembre dernier, pour rencontrer les politiques et techniciens du Canton de Sarajevo.

Une conférence à l'Institut d'Urbanisme a notamment réuni une quarantaine de décideurs et prescripteurs bosniens intéressés par la gestion des déchets en France.

Depuis plusieurs dizaines d'années, l'environnement est une préoccupation majeure dans tous les pays du monde. On a enfin compris que gérer les déchets de la société de consommation, ça n'est pas seulement répondre aux nécessités d'hygiène des villes mais c'est aussi une économie rentable.

Durant 5 jours, du 19 au 24 mars, une délégation bosnienne, avec à sa tête le Ministre de l'Urbanisme et de l'Environnement de la Fédération de BH, viendra échanger avec le SIOM et visiter des sites en Ile de France où on recycle et redonne une nouvelle vie à des matériaux et des objets laissés pour compte. De ses rencontres va naître un partenariat institutionnel basé sur un échange d'expériences et de savoirs faire.

En effet, comme ça se pratique déjà en France, on peut imaginer des associations bosniennes en charge d'insertion professionnelles s'intéresser aux métiers de l'environnement. Il y a de nombreux emplois à créer nécessitant une main d'œuvre peu qualifiée. Le recyclage du carton, du verre, du plastique, ça peut rapporter gros. Pouvoir remettre en état des téléviseurs, des réfrigérateurs, des meubles, des vêtements ou même des jouets, ça permet à des familles nécessiteuses de pouvoir s'acheter des biens de consommation de base. Pour ce faire, il faut avoir la vision de l'organisation d'une filière économique globale et durable.

Cette réflexion commune entre le SIOM et les autorités bosniennes doit se traduire plus largement par une prise de conscience citoyenne de la gestion des déchets. On réfléchit aussi à une campagne d'information au travers des médias et principalement des télévisions, sans oublier la sensibilisation des enfants dans les écoles et lycées du Canton de Sarajevo.

Si, à terme, Sarajevo, la capitale, peut expérimenter de nouvelles façons de faire qui se révèlent rentables, durables et créatrices d'emplois, nul doute que ces innovations environnementales seront reprises dans toute la Bosnie-Herzégovine. L'Urbanisme et l'Aménagement du Territoire concernent le quotidien de chacun d'entre nous.



Source :

[URL : http://www.bhinfo.fr/spip.php?page=article&id_article=3347]
.