Roland Assathiany (1910-2008), militant au service de l'éducation spécialisée, d'origine géorgienne
2013-03-24

Roland Assathiany est né le 2 septembre 1910, à Genève, d'une mère d'origine ukraïnienne, étudiante en médecine, Sarah Koutik (1892-1966) et d'un père d'origine géorgienne, exilé politique après la révolution de 1905 dans l'Empire russe, Sossipatré Assathiany (1876-1971) (1).

Il épousera Thérèse Bolo (1915-1969), avec qui il aura trois enfants, Pascal (Editeur à Montréal), Laurent (Acteur de mouvements associatifs en province) et Rémy (Pédiatre en région parisienne).

Selon Enfants en justice

(2) :

« Il obtient une licence de droit à Paris en 1932.

Longtemps très actif dans le scoutisme unioniste (protestant), il est aussi proche du mouvement quaker et du CLAJ, mouvement laïque des auberges de jeunesse.

Il est, entre 1929 et 1950, responsable du cercle international de la jeunesse pour l'accueil d'étudiants étrangers.

Entre 1932 et 1935, il fait fonction d'assistant de service social près du Tribunal pour enfants de la Seine, rue du Pot de fer, future association Olga Spitzer.

Fin 1943, il commence à travailler au commissariat général à la Famille et est nommé à Lille en tant que délégué régional adjoint.

En 1945 il est nommé à Paris comme inspecteur à la Population.

En 1946-1947, il assure la direction du Chalet international des étudiants de Combloux, destiné aux étudiants victimes de la guerre.

En 1947, retour à l'administration de la Santé Publique qu'il ne quittera plus jusqu'à sa retraite en 1976. Il sera assez rapidement nommé directeur adjoint des Affaires sanitaires et sociales, puis finalement directeur en 1975. Il est difficile de dénombrer les associations, écoles ou instituts, existants ou disparus du secteur social dont il fut administrateur ou président
».

Selon l'Editeur L''Harmattan

, à propos du livre « Roland Assathiany. Un fonctionnaire militant au service de l'éducation spécialisée » de Martine Ruchat et d'Alain Vibrod (3) :

« Roland Assathiany compte parmi les personnalités les plus distinguées de l'histoire de l'éducation spécialisée du XXème siècle. Cet ouvrage, qui lui est consacré, propose plusieurs aspects de son engagement social grâce à son témoignage ; un récit autobiographique qu'il se plaisait à raconter.

On est ici à la fois dans l'appel aux souvenirs et dans le rappel de cette histoire des débuts de l'action sociale et des transformations du secteur de l'enfance dite "inadaptée".

Mais c'est bien le regard d'un homme posé sur cette histoire, et c'est une vie qui se raconte. A la suite, les deux auteurs s'attachent à analyser le fondement de ses idées, de son réseau social et de ses choix. Martine Ruchat porte son attention à son enfance genevoise entre pédagogie nouvelle et quakerisme. Alain Vilbrod analyse son militantisme et une alliance peu commune entre son statut de haut-fonctionnaire et sa pleine participation aux réseaux associatifs qui n'ont jamais cessé d'irriguer ce secteur de la protection de l'enfance en danger.

Cet ouvrage est affaire autant de questionnements que de récits. Et les réponses sont parfois obliques, car le chemin de la vie de Roland Assathiany le fut aussi : entre traverses géographiques (de la Géorgie à Paris en passant par Genève) et institutionnelles, du fonctionnaire au service de l'Etat au militant engagé dans des associations pour servir des idées. Voyager ainsi dans l'espace et le temps, c'est aussi s'ouvrir à des rencontres et transmettre des idées. Et des idées, ce livre en contient, et de belles
».

Un centre médico psycho-pédagogique porte son nom à Athis-Mons (91) (4).

Notes

:

(1) [URL : 3546]

(2) Portail "Enfants en justice"

[URL : http://www.enfantsenjustice.fr/public/portail_pC_trombi.php?id=6&idst=38]

(3) « Roland Assathiany. Un fonctionnaire militant au service de l'éducation spécialisée » par Martine Ruchat et Alain Vilbrod,Editions L'Harmattan, Collection L'histoire du social, 2011.

(4) Centre Roland Assathiany

[URL : http://www.mairie-athis-mons.fr/annuaire/structure_168.htm].

Sources multiples dont

- Archives familiales,

- Archives de l'Office des réfugiés géorgiens en France (1933-1952)
.