Arménie : 40% de la population veut émigrer (sondage Gallup)
2013-04-08

RIA Novosti avec Nouvelles d'Arménie Magazine.

Les Arméniens sont plus disposés à s'exiler que les habitants des autres pays membres de la Communauté des Etats indépendants (CEI), indiquent des sondages effectués de 2010 à 2012 par l'institut Gallup World dans 12 pays de l'ex-URSS.

Selon les résultats des sondages, 40% des Arméniens ont exprimé leur désir de quitter à jamais leur patrie.

L'Arménie arrive en première position parmi les pays de l'espace post-soviétique pour le pourcentage d'immigrants potentiel. Elle est suivie par la Moldavie (32%), l'Ukraine (21%), la Biélorussie (17%) et le Kirghizstan (16%).

Les pays d'Asie centrale - le Kazakhstan (13%), le Tadjikistan (11%), le Turkménistan (6%) et l'Ouzbékistan (5%) - arrivent en fin de liste.

Interrogés sur les motifs qui les incitent à vouloir émigrer, plus de 52% des sondés ont cité le désir d'améliorer leur niveau de vie, plus de 13% ont déclaré vouloir assurer un meilleur avenir à leurs enfants et 10% ont évoqué l'absence de travail.

Pour l'ensemble des pays post-soviétiques, le pourcentage moyen des personnes désireuses d'émigrer s'élève à 15%.

Le sondage a été effectué sous la forme d'interviews auprès d'environ 41.000 personnes âgées de 15 ans et plus entre 2010 et 2012, Par comparaison, les voisins de l'Arménie, en Géorgie et en Azerbaïdjan, étaient beaucoup moins enclins à reconnaître leur volonté de trouver l'herbe plus verte ailleurs - à peine 14 pour cent des personnes interrogées dans les deux pays. Les sondés dans le Caucase russe ont exprimé le même niveau de bougeotte.

L'Arménie a longtemps en tête pour la migration de main-d'œuvre ; plus particulièrement vers la Russie, mais aussi vers l'Europe et les États-Unis. Après une brève reprise économique, le malaise est revenu en 2009 avec la crise financière internationale. Malgré diverses tentatives faites par le gouvernement pour relancer l'économie, le chômage, selon des estimations non officielles, reste vertigineusement élevé, à plus de 50 pour cent.

Le sondage Gallup reflète cette tendance. Cinquante-deux pour cent des sondés interrogés citent l'amélioration du niveau de vie comme leur principale raison de vouloir partir à l'étranger. Pour moins de 13 pour cent des personnes interrogées c'est assurer un meilleur avenir pour leurs enfants.

L'Arménie est bien conscient de son problème de migration . Elle a récemment réussi à pousser à la fermeture d'un programme de migration russe qui offrait de l'argent, la citoyenneté et un hébergement à ceux qui désiraient se déplacer pour le travail en Russie, la destination pour la plupart des migrants arméniens.

L'assouplissement des règles européennes de visas vers l'Union Européenne , prévu pour 2013, cependant, pourrait soulever de nouvelles inquiétudes. Le mois dernier, l'UE a alloué 1 000 000 € à l'Arménie pour un programme de migration, qui, entre autres objectifs, serait la « prévention de l'émigration » selon les propos du vice-ministre du travail et des affaires sociales Araik Petrossian.

D'autres, cependant, face à la perception de la corruption endémique dans le pays et des maigres signes de changement politique , croient que les grandes questions doivent d'abord être réglés avant que les Arméniens soient d'accord que, est ou ouest, la maison est le meilleur endroit pour vivre.

Source :

[URL : http://www.armenews.com/article.php3?id_article=88462]
.