Arménie : nouvelle agression d'un journaliste d'opposition (2003)
2013-02-05

Arménie 2 mai 2003

Arménie : nouvelle agression d'un journaliste d'opposition



Reporters sans frontières est alarmée par la recrudescence du recours à la violence contre les journalistes en Arménie. Le 29 avril 2003, vers 5 heures de l'après-midi,

Mher Galechian

, journaliste du bi-hebdomadaire d'opposition Chorrord Ishxanutiun, a été violemment frappé par deux hommes qui se sont introduits dans les bureaux du journal à Erevan. Le journaliste, dont les jours ne sont pas en danger, a été hospitalisé pour des blessures à la tête. Une enquête a été ouverte.

"Nous sommes très inquiets de la situation de la liberté de la presse en Arménie, qui s'est nettement détériorée au cours des derniers mois. En octobre de l'année dernière, Mark Grigorian, notre correspondant à Erevan, a été victime d'un attentat à la grenade. Deux mois plus tard, Tigran Naghdalian, président du Conseil de la télévision publique, a été assassiné par balles. Au moins cinq journalistes ont été agressés au moment des élections présidentielles en février, et aujourd'hui, c'est M. Galechian qui est attaqué, simplement parce qu'un article sur un haut fonctionnaire n'a pas plu ", a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de Reporters sans frontières. "Nous demandons qu'une enquête sérieuse soit menée jusqu'à son terme, afin que les responsables soient retrouvés et jugés comme il se doit ", a ajouté Robert Ménard.

Le 26 avril, les deux agresseurs étaient venus une première fois dans les locaux du journal se plaindre d'un article, publié le 25 avril, qui accusait Karlos Petrosian, le chef des services de sécurité de l'Etat de se faire construire une villa par des moyens douteux. Le jour de l'agression, Chorrord Ishxanutiun venait de publier un second article qui faisait état de ces pressions.

L'organisation déplore que l'impunité soit de mise dans les cas de plus en plus fréquents d'agressions de journalistes d'opposition et rappelle que l'enquête sur l'attentat dont a été victime Mark Grigorian le 22 octobre 2002, a été fermée en février 2003 sans qu'aucun suspect n'ait été entendu.



Extrait du site Internet de "Journalistes sans frontières"