Le mot du directeur de l'Intitut français de Tbilissi, Gilles CARASSO (juin 2013)
2013-12-16

Les historiens se sont fixés une mission impossible et pourtant indispensable: faire mentir la célèbre définition de Macbeth pour qui « la vie est un récit plein de bruit, de fureur, quʹun idiot raconte et qui nʹa pas de sens ». Leur entreprise est au contraire de montrer que nous et les sociétés dans lesquelles nous vivons avons suivi des chemins que l'on peut retracer. Sur ces chemins, ont circulé des idées et notamment des idées politiques. Les sorts des armes, les avancées techniques, des percées économiques ont pu favoriser certaines et en écarter d'autres. L'histoire des idées politiques est étroitement liée à l'histoire tout court.

Le Caucase au tournant du XIXe siècle était, comme toujours, sous la pression de trois empires, mais ceux-ci étaient alors travaillés par des mouvements de fond qui se cristallisaient autour de l'idée héritée des Lumières européennes de « Constitution ». Nous avons donc proposé à des historiens issus de la région mais aussi de France et des Etats-Unis de réfléchir ensemble, à Tbilissi, à la trace laissée par ces mouvements et ces idées sur les Etats caucasiens d'aujourd'hui. Je vous invite à venir les écouter et débattre avec eux le 14 juin au Musée National.

Ce temps fort de notre cycle de conférences et de débats sera suivi par deux autres conférences fin juin. La linguiste Antonietta Marra nous parlera de la question des minorités linguistiques et de la construction de l'Etat, et Edith Ybert nous fera part des résultats de ses dernières recherches sur la présence française au XIXe sièce en Géorgie (1).

L'IFG vous propose donc un mois de juin plutôt studieux, mais n'hésitez pas à venir vous changer les idées à notre ciné-club chaque deuxième et quatrième mercredi du mois. Et n'oubliez pas que vous pouvez choisir vous-même les films en votant sur Facebook.

Gilles Carasso.


NDLR. Yvette Ybert est membre associé du CERCEC (Centre d'études des mondes russe, caucasien et centre-européen) et du CETOBAC (Centre d'études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques), à l'EHESS de Paris. Elle présentera le 28 juin 2013, de 18 à 20 heures, à l'auditorium du Musée national de Géorgie, l'état de ses travaux "Les Français en Imérétie et en Mingrélie au XIXème siècle".