L'ambre, or de la Baltique
2013-12-11

L'ambre



Pour les anciens Baltes, la très jolie déesse des Sirènes, Juraté, fiancée au dieu des Eaux Patrimpas, habitait un palais d'ambre au fond de la mer ; séduite par la beauté et le courage de Kastytis, humble pêcheur qui lançait ses filets aux frontières de son domaine, Juraté oublia tout et l'enleva en son palais. De colère, Perkunas, maître des dieux, lança sa foudre qui détruisit le palais de Juraté et tua Kastytis ; condamnée à être enchaînée aux ruines de son palais, Juraté, battue par les vagues, gémit dans la tempête et pleure des larmes d'ambre limpide que la mer rejette sur la côte, mêlées aux algues et aux pierres d'ambre opacifié de son palais.

La réalité est plus prosaïque ! L'ambre était à l'origine la sève de pins antiques qui vivaient il y a 40 à 50 millions d'années. Au fil du temps, la résine s'est durcie pour former des dépôts transparents dorés, allant du jaune pâle au rouge profond, dont certains contiennent des insectes pris au piège de la résine au moment de son durcissement.



Dès la préhistoire, l'ambre a été utilisé comme parure ou comme objet de culte. Cet " or du nord " est sans doute une des premières substances précieuses à laquelle l'homme se soit intéressé. Dès l'antiquité les écrivains ont mentionné les régions "hyperboréennes" d'où venait cette matière précieuse, aussi belle que rare, aux propriétés qui attirent.

L'ambre n'est principalement récolté que sur les côtes baltiques de certains pays d'Europe de l'Est (Pologne, Lituanie, Lettonie, Estonie) . La Lituanie est souvent appelée "le pays de l'ambre". Il existe à Palanga un musée de l'ambre dans le château de Tiskevicius.