Ukraine : 'La lutte pour le Danube" (mars 2013)
2013-11-19

Par Viktor Semyonov

Kiev, 4 mars 2013, Ekonomicheskiye Izvestiya (source ODAESS).

Les ports roumains attirent les grands clients dans nos ports sur le Danube. Le ministère des Infrastructures d'Ukraine prévoit de lutter contre par une baisse des tarifs, un regroupement des ports et l'attraction d'investisseurs privés.



Le Danube, qui coule sur près de trois mille kilomètres de l'Allemagne jusqu'à la mer Noire, est l'un des principaux corridors naturels en Europe. Ce statut est renforcé par les nombreux affluents du Danube qui lui donnent un accès à 19 pays d'Europe tandis que le canal Main-Danube permet de transporter des marchandises depuis la mer du Nord (Rotterdam) jusqu'à la mer Noire

Pendant longtemps, l'Ukraine n'a pas tiré profit de son accès sur le Danube. En 1999 elle a même concédé généreusement à la Moldavie une petite partie de son territoire danubien, donnant à son voisin un accès à la principale artère fluviale d'Europe en échange d'une
partie de la route Odessa-Reni près du village de Palanca [...]. L'Ukraine n'a commencé qu'en 2004 à développer son chenal de navigation « Danube - Mer Noire », provoquant immédiatement un déluge de critiques d'un autre voisin : la Roumanie. Les Roumains
conscients du danger de la concurrence ont habilement mis en évidence les dangers environnementaux du dragage du chenal ukrainien. Toutefois, en avril 2007, la navigation sur le canal du Danube ukrainien était rétablie et le prix du passage était de 40% inférieur à celui pratiqué par la Roumanie. [...] Les résultats ont été immédiats : en 2008, le canal du Danube ukrainien indiquait trois ou quatre navires par jour, et en 2010 le nombre de navires y transitant a commencé à dépasser celui enregistré par la Roumanie.

On aurait pu penser que la reprise et la croissance de la navigation sur le Danube aurait un impact positif sur le développement des trois ports ukrainiens du Danube : Izmaïl, Reni et Ust-Danube (1). Mais, hélas, ces derniers temps, leur popularité a diminué. [...] Selon Alexander Dolgov, à la tête du conseil d'administration de la Danube Shipping Company, au cours des 9
premiers mois de 2012, les ports ukrainiens du Danube n'ont pas traité une seule tonne de marchandises en transit et le transbordement des exportations a chuté de près de trois fois. Les experts expliquent cette tendance négative en premier lieu par la politique tarifaire inappropriée de l'Ukraine, s'agissant non seulement des tarifs portuaires, mais aussi des
tarifs de fret ferroviaire vers les ports.

[...] Selon Andreï Erokhin, directeur de l'entreprise d'État Port maritime commercial d'Izmaïl, une étude est en cours afin de réduire taxes et paiements portuaires. Cela devrait améliorer la compétitivité d'Izmaïl face aux ports roumains. Le ministère des Infrastructures travaille aussi à [...] l'établissement d'un dialogue entre le chemin de fer et les ports, relatif à la
réduction des tarifs pour le transport de fret. « La réduction des tarifs ferroviaires permettra de rediriger les marchandises biélorusses et russes vers les ports danubiens. [...] »

Plus importante encore est la question stratégique de réorganisation des ports ukrainiens. Le 14 juin 2013 devrait entrer en vigueur la loi « Sur les ports maritimes » adoptée l'année dernière. La loi permet de mettre en œuvre de grands projets d'investissement nécessaires pour moderniser et améliorer la compétitivité des ports. « Selon les résultats de l'année 2012, l'industrie maritime devrait afficher un bénéfice net de 1,4 à 1,5 milliards d'UAH (140 - 150
millions d'euros). Afin que les ports ukrainiens puissent suivre les tendances qui existent dans l'industrie maritime mondiale, il faut au minimum de 25 à 30 milliards d'UAH d'investissements (2,5 - 3 milliards d'euros). Donc même si nous réinvestissons pleinement les bénéfices dégagés, nous n'atteindrons les investissements nécessaires que dans 15 ans.
[...] C'est la raison pour laquelle la loi est conçue afin d'attirer les investisseurs dans l'industrie maritime » précise le vice-ministre des Infrastructures, Dmitry Demidovich.

[...] Selon lui, les ports ukrainiens se développeront à l'avenir surtout autour des compagnies d'arrimage. Cela signifie que pour beaucoup de gros producteurs dont les marchandises passent par les ports ukrainiens (métal, charbon, céréales), une participation dans la gestion portuaire pourrait être rentable afin de créer une chaîne logistique unique. Autrement dit, les clients actuels des ports du Danube peuvent devenir investisseurs. Pour les ports, cela peut être bénéfique dans le but, d'une part, de conserver des clients stratégiques [...] indépendamment des fluctuations de tarifs et, d'autre part, par l'apport d'investissements
privés [...] dans l'infrastructure des ports, le dragage, la construction de nouveaux quais et terminaux de transbordement.

Le nouveau modèle de relations entre les ports et leurs clients, ainsi qu'une politique tarifaire plus réfléchie peuvent améliorer la compétitivité des ports ukrainiens sur le Danube, pour les aider à gagner une nouvelle bataille avec la concurrence roumaine. De plus, étant donné que les ports du Danube dépendent d'entreprises qui sont au cœur de l'économie de ces villes portuaires, le renforcement de leur assise financière permettra de revitaliser socialement les
petites villes du sud de la région d'Odessa.

Note :

(1) Ust-Danube est un port maritime marchand, situé à l'embouchure du Danube dans la ville ukrainienne de
Vilkovo, région d'Odessa
.

Retour à



[URL : 4230]

.