France : 1 888 demandeurs d'asile géorgiens en 2012
2013-10-21

Source : rapport d'activité 2012 de l'Office français des réfugiés et apatrides.

La demande géorgienne s'appuie exclusivement sur des
motifs conventionnels, qu'ils soient ethniques ou politiques.

Elle est composée à environ 30% de Yézides, d'environ
10% d'Ossètes ou d'Abkhazes et de rares Arméniens.
Tous ces demandeurs invoquent leurs origines et les
discriminations dont ils font l'objet ainsi que le racket dont ils sont victimes de la part de policiers.
Le reste de la demande concerne des membres des
partis d'opposition et des familles d'opposants.

Si deux périodes sont à distinguer en raison de
l'alternance politique intervenue en octobre 2012, les
craintes sont toujours invoquées vis-à-vis du régime
précédent. Lorsque l'actualité des craintes est soulevée lors de l'entretien, les demandeurs maintiennent leurs déclarations en invoquant l'instabilité du régime actuel et le maintien des anciens responsables dans leurs fonctions (procureurs, juges). Cela a notamment été observé pour de rares militants avérés du Rêve géorgien, hommes d'affaires, dont les poursuites lancées avant le changement de régime peuvent être établies.

Enfin quelques demandeurs invoquent toujours leur refus
d'avoir participé au dernier conflit et les conséquences qui en découlent.

Les 1 888 dossiers comprennent les nouvelles demandes
(1760) et les réexamens (128), mais ne comptabilisent pas les mineurs accompagnés (792).

35 admissions ont été décidées par l'OFPRA et 117 supplémentaires après recours à la CNDA (Cour nationale des droits d'asile).

Au 31 décembre 2012, 2391 Géorgiens (dont 51% de femmes) étaient sous protection de l'OFPRA.