France : 3 520 demandeurs d'asile russes en 2012
2013-11-05

{Source : rapport d'activité 2012 de l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA)}.

"Concernant la demande russe, la part des Tchétchènes
et des demandeurs originaires du Nord Caucase reste
très largement prépondérante et il n'y a pas d'évolution
particulière des profils.

De nombreux Tchétchènes invoquent un séjour en
Pologne, et parfois l'obtention de la protection subsidiaire dans ce pays. Dès lors, nombre d'entre eux relèvent potentiellement d'une procédure Dublin, ce qui contribue au délai important souvent constaté entre l'entrée en France et le dépôt de la demande d'asile.

Les motifs invoqués sont similaires aux années passées,
les allégations les plus fréquentes concernant des
arrestations arbitraires, des demandes de collaboration
ou de rançon, liées aux soupçons pesant sur des proches
sensés appartenir à la guérilla indépendantiste.

Quelques femmes évoquent également des violences
conjugales ou de la part de leur belle-famille, ou
même des différends conjugaux trouvant parfois leur
commencement en France.

On note une certaine augmentation de demandes
invoquant des difficultés en lien avec des « wahhabites ». Ainsi, les Daghestanais, parmi lesquels beaucoup de Koumyks, prétendent souvent être considérés comme proches de groupes islamistes, ou au contraire déclarent ne pas vouloir rejoindre de tels groupes.

La décrue des demandes ingouches, amorcée l'an
dernier, se confirme cette année. Les demandeurs
font toujours état de la situation générale dégradée,
d'accusations diverses ou de liens avec des militants des droits de l'Homme.

La part de demandeurs russes non issus du Caucase
nord, Géorgiens ou Arméniens de Russie, généralement
dépourvus de documents, ou Arméniens d'Azerbaïdjan
et Yézides d'Arménie résidents en Russie a continué
d'augmenter et ceci de façon notable cette année
".

Les 3 520 dossiers comprennent les nouvelles demandes (2 873) et les réexamens (647), mais ne comptabilisent pas les demandes des mineurs accompagnés (2 495).

263 admissions ont été décidées par l'OFPRA, et 743 supplémentaires après recours auprès de la Cour nationale du droit d'asile (CNDA).

Au 31 décembre 2012, 11 438 Russes (dont 51% de femmes) étaient sous protection de l'OFPRA.