Colloque "Sotchi - 2014 : dynamiques (géo)politiques, enjeux économiques et sociaux" (20 & 21 février 2014, Bruxelles)
2013-10-22

Conférence internationale, Bruxelles, ULB, 20-21 février 2014



Evénements de haute intensité géopolitique, les Jeux olympiques d'Hiver de 2014 auront lieu à Sotchi, dans le Sud de la Russie et se situent au carrefour d'enjeux, présentant un cas d'étude hautement stimulant pour analyser différents processus en cours au Caucase et en Russie. Au-delà de l'événement lui-même dans sa temporalité et son immédiateté, c'est aussi autour de questions plus profondes et à l'œuvre dans le temps long, que nous souhaitons porter notre analyse.

L'enjeu sécuritaire, qui se pose pour toute manifestation internationale de grande ampleur où qu'elle ait lieu, prend, dans le cas des Jeux de Sotchi, une dimension particulière. Situé à la frontière de l'Abkhazie -reconnue indépendante par la Russie après la guerre russo-géorgienne de l'été 2008- et à quelques dizaines de kilomètres des Républiques du Caucase du Nord travaillées par une violence persistante dans le sillage des deux guerres de Tchétchénie et sur fond de persistance d'une « guerre des rues », le site de Sotchi fait l'objet d'une vigilance particulière. La menace proférée durant l'été 2013 par le chef de guerre D. Oumarov, incitant le maquis nord-caucasien à tenter d'empêcher la tenue des Jeux ne peut que contribuer à accentuer les appréhensions concernant la sécurité. Dans le même temps, elle accroit la construction discursive de Sotchi comme enjeu sécuritaire. Quelles sont les mutations du maquis nord-caucasien, dans quelle mesure peut-on en déchiffrer un éventuel agenda politique, et quel enjeu les Jeux de Sotchi incarnent-ils à cet égard ? Quelles sont les stratégies des uns et des autres par rapport à Sotchi, comme l'organisation des JO redistribue-t-elle les cartes dans la région ? Comment les relations géorgiano-russes, russo-abkhazes, géorgiano-abkhazes évoluent-elles à l'épreuve de Sotchi ? Les dispositifs mis en œuvre en la matière sont considérables, le bon déroulement des Jeux participant aussi d'un enjeu en termes d'image pour la Russie sur la scène internationale.

Le prisme économique nous semble également une entrée pertinente pour comprendre différents niveaux du politique en Russie et des relations qu'il entretient avec l'économique. L'ampleur des investissements et des infrastructures constitue un enjeu en soi, dans un contexte où l'augmentation du budget global des Jeux est allée de pair avec des allégations de corruption et/ou de mauvaise gestion, dénoncée par les autorités russes elles-mêmes. Comment se construisent les dynamiques économiques autour des Jeux ? Certaines productions et entreprises caucasiennes sont-elles particulièrement stimulées, ainsi que le marché du travail régional ? Y a-t-il des synergies avec le projet économique de développement de stations de tourisme nord-caucasiennes ? Les phénomènes migratoires induits par la mobilité de la main d'œuvre sollicitée ont-ils un impact sur l'économie locale ?

En outre, la vigueur des mobilisations écologiques, mémorielles -portées par les organisations tcherkesses, notamment-, sociétales - la question des minorités sexuelles, jusque-là peu présente dans le cas de Sotchi, a surgi avec grand bruit durant l'été 2013 - et sociales, concernant les expulsions d'habitants et les problèmes de relogement, témoigne d'une société russe en mouvement à différents points de vue. Comment les droits sont-ils brandis par les organisations de la société civile ? Avec quels effets et quels résultats ? Sotchi est-il relié à d'autres mobilisations ailleurs en Russie ou au Caucase, et à l'extérieur du monde post soviétique, la visibilité internationale des Jeux induit-elle des solidarités internationales d'un genre nouveau ? Il sera intéressant d'analyser les échos différenciés que certaines luttes sectorielles ont à l'extérieur, en fonction des mises à l'agenda international de certaines questions, la visibilité des mobilisations nationales et mémorielles étant par exemple moins forte que celle sur les minorités sexuelles. En outre, une dimension nouvelle et atypique apparaît : c'est, cette fois, à travers la prise de parole d'athlètes, donc d'individus et de groupes extérieurs au contexte local, que la mobilisation est portée sur la question des minorités sexuelles. On touche là à l'une des occurrences de l'entrée de la Russie dans la mondialisation, avec des effets parfois inattendus.

Enfin, un colloque sur les Jeux de Sotchi est l'occasion de s'intéresser à la fois à la place du sport dans les différentes constructions discursives patriotiques (russe, caucasiennes, avec en filigrane l'héritage soviétique et la mobilisation du sport comme enjeu politique à travers la fabrication des champions) et, dans une approche plus micro sociologique, à la façon dont il vient incarner des représentations et des traditions. De la socialisation par le club de sport, à la spécificité des formes de lutte, par exemple, dans différentes entités caucasiennes, les pratiques sportives peuvent apparaître comme des révélateurs sensibles de processus sociaux et politiques à l'œuvre.

Ce colloque, à vocation multidisciplinaire et pleinement ancré dans le champ des sciences sociales, aura donc pour objectif de croiser des analyses sur les thèmes suivants :

- Enjeux sécuritaires et géopolitiques,

- L'économie à l'épreuve des Jeux,

- Les mobilisations de la société civile à l'horizon des Jeux : mobilisations sociales, écologiques, mémorielles,

- La place du sport dans les sociétés russe et caucasienne
.





Institution organisatrice : CEVIPOL, Université Libre de Bruxelles, Bruxelles :

[URL : http://www.cevipol.be]

.