Géorgie : Kakha Kaladze, ex-footballeur, ministre de l'Energie et des Ressources naturelles
2013-10-30

Kakhaber Kaladze, dit Kakha, est né le 27 février 1978 à Samtredia, en Géorgie.

Le football



Il commence à jouer au football au "Lokomotiv Samtredia", club présidé par son père Karlo Kaladzé. Il est repéré par David Kipiani, ancien international géorgien qui le fait venir au "Dinamo Tbilissi". Il débute sa carrière professionnelle à l'âge de 16 ans dans le championnat de Géorgie et y joue 82 matchs en 5 ans.

Il est ensuite repéré par des recruteurs ukrainiens après la prestation qu'il effectue lors d'un match contre l'Italie. Il part pour la capitale de l'Ukraine au "Dynamo Kiev" qui le recrute pour l'équivalent de 280 000 euros (contrat de 4 ans). Il joue 71 matchs avant de partir pour la Lombardie.

En 2001, il arrive au "Milan AC" pour la somme de 12,76 millions euros. Jusqu'en 2005, il est positionné arrière gauche : il gagne la Ligue des Champions contre la "Juventus Turin", la Coppa Italia contre "l'AS Roma". Fin 2005, il revient de blessure et est repositionné dans l'axe : il gagne sa seconde Ligue des Champions contre "Liverpool" et la Coupe du monde des clubs. Le 31 août 2010, il s'engage au "Genoa CFC" pour 2 ans : il participe au sauvetage in-extremis du club.

Il apparait en 1996 pour la première fois dans l'équipe nationale géorgienne et participe à toutes les campagnes de qualifications aux coupes du monde de 1998 à 2010 et aux coupes d'Europe de 2000 à 2008. Le 5 septembre 2009, il est responsable de la défaite de la Géorgie contre l'Italie lors d'un match comptant pour les éliminatoires du mondial 2010 (deux buts inscrits contre son camp). En 2011, il arrête sa carrière internationale après 83 sélections, dont 50 en tant que capitaine.

Les affaires



Kakhaber Kaladze possède des investissements en Géorgie, Italie, Kazakhstan et en Ukraine. Il est actionnaire majoritaire de la banque Progress Bank via son groupe Kala Capital (8,7 % des parts sont détenues par Bidzina Ivanishvili).

Il est le propriétaire d'un restaurant à Milan appelé Giannino, ayant eu une étoile Michelin.

La politique



Il est choisi par Bidzina Ivanichvili pour devenir tête de liste de la coalition Rêve géorgien pour les élections législatives géorgiennes d'octobre 2012

En juillet 2012, ses comptes bancaires sont bloqués par la justice géorgienne qui le soupçonne de blanchiment d'argent, puis de financement illégal d'activités politiques.

Avec la victoire du Rêve géorgien, il est élu au Parlement. D'abord annoncé comme ministre du Développement régional et des infrastructures du gouvernement dirigé par Bidzina Ivanishvili, il est ensuite nommé ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles. Il devient également 2ème vice-Premier ministre.

En octobre 2013, en réactivant le projet de la centrale hydroélectrique de Khudoni, il se heurte à la résistance de la population de Khaisi (district de Mestia, Svanétie) et à celle d'Organisations non-gouvernementales défendant l'environnement. Elles avancent l'expulsion de 200 familles, ainsi que les risques d'inondation et de dérèglement climatique : 2 500 Svanes prêtent serment sur des icônes qu'ils s'opposeront par la force à cette construction. Il ne cède en rien et annonce "Nous ne devons pas accepter le précédent d'habitants et d'ONG qui défient l'Etat. Certaines personnes peuvent jurer sur les icônes, certaines sur le Coran, le sécurité énergétique de la Géorgie est prioritaire".

Le 27 octobre 2013, à la sortie du bureau de vote pour l'élection présidentielle, il déclare "Nous allons oublier les neuf années douloureuses pendant lesquelles il y avait injustices, menaces et arrestations dans le pays. Notre chemin nous mène vers l'Europe, et la victoire. Nous aimerions créer la liberté, la démocratie et une Géorgie pacifique où les intérêts de chaque citoyen seront défendus".

Malgré son peu d'expérience politique, mais grâce à sa grande popularité auprès de l'opinion publique géorgienne -encore intacte-, il est parfois présenté comme "Premier ministrable".