L'Ukraine en marche (novembre 2013)
2013-11-19

E-review Ukrainian Business Press : éditorial novembre 2013



En décembre 1991, Mikhaïl Gorbatchev déclarait au moment de quitter le pouvoir : "La société a obtenu la liberté, elle s'est libérée de ses chaînes politiques et morales. C'est la plus importante des conquêtes, et nous n'en avons pas encore pris totalement conscience, parce que nous n'avons pas encore appris à profiter de la liberté." [...]. Du bon usage de la liberté, il en va comme pour tout, cela requiert apprentissage, pratique et patience.

Les promesses de lendemains qui chantent auront laissées beaucoup d'amertume et de désillusion dans la population ukrainienne ; pourtant que de chemin déjà parcouru ! En 1988, il y a tout juste 25 ans, qui aurait pu présager que l'Ukraine deviendrait indépendante, connaitrait une révolution démocratique, l'alternance politique des pouvoirs, que la destinée européenne de l'Ukraine prise jusqu'alors sous l'épaisse glace de Moscou soit sur le point de prendre corps.

Les atermoiements des premières années d'indépendance ont maintenant laissé la place à une modernisation ferme et rapide du pays. Le gouvernement de Victor Yanoukovitch peut se féliciter du travail réaliser ces deux dernières années : la Banque mondiale a reconnu que l'Ukraine était le pays qui dans le monde connaissait la plus forte dynamique de réformes. L'Ukraine a fait un bond dans le classement international sur la qualité de son environnement des affaires.

Le rapprochement avec l'Europe qui devrait se matérialiser par la signature dans les prochaines semaines de l'Accord d'association est la pierre d'achoppement de cette dynamique de réformes. En définissant une feuille de route et en dotant l'Ukraine de moyens, l'UE a largement contribué aux progrès marqués ces dernières années.

Certains craignent que le gouvernement relâche ses efforts après la signature de l'Accord d'association et que la dynamique de progrès s'essouffle. Mais cet Accord est en lui-même une feuille de route. Les répercussions positives ne seront réelles et visibles que si le gouvernement maintient et redouble même ses efforts.

L'annulation des droits d'importation vers l'Europe ne profitera pleinement aux entreprises exportatrices ukrainiennes que si les barrières techniques sont aussi levées : autrement dit si un véritable effort d'harmonisation des normes ukrainiennes au standard européen est à l'œuvre ;

La ré-industrialisation de l'Ukraine, sous l'effet de transfert d'unités de production européenne en Ukraine, n'aura lieu qui si les investisseurs étrangers se sentent en confiance en Ukraine : autrement dit si la protection de la propriété est renforcée ;

Les facilités de financement, directes et indirectes, en provenance de l'UE et des institutions financières internationales, ne seront accessibles que sous conditions. Les budgets alloués à des fins précises : infrastructures, réformes des institutions, etc. ne seront débloqués que sous conditions.

L'Ukraine est à un carrefour de son histoire moderne. En s'engageant sur la voie européenne, l'Ukraine passe le seuil de l'étendue post-soviétique et s'engage à la découverte du reste du monde. Si l'Accord d'association est signé à la fin du mois, alors l'Ukraine sera belle et bien en route. Aux réformes, outils indispensables du développement, viendront s'ajouter les moyens nécessaires à ce développement.

La prochaine étape sera alors l'appropriation par la société civile de cette dynamique. La révolution économique naissante s'accompagnera d'une évolution sociale profonde : l'Ukrainien moderne, alliant slavitude et modernisme européen, viendra remplacé définitivement l'homo sovieticus. La société civile ne cherchera plus à sauver les ruines du passé continuant à marcher comme par habitude « vers le communisme », mais finira par se projeter dans le futur avec confiance et élan en se dirigeant vers un modèle qui reste encore à définir : le modèle ukrainien.

Pour en savoir plus



Consultez la E-Review Ukrainian Business Press de novembre 2013 :

[URL : http://www.odaess-consulting.com/media/5224/e-review_novembre_-_fr.pdf]

Voir aussi :

[URL : 4858].

Note



Emmanuel de Bettignies est responsable d'Odaessa-Consulting. Téléphone : + 38 06 38 54 69 36. Adresse : Vulitsa Malaya Arnautskaya, Bud 88, Kv 10, 65 007 Odessa, UKRAINA.

Voir : [URL : http://www.odaess-consulting.com/].

Retour à




[URL : 4230]