Chisinau : réunion des parlementaires francophones (19 novembre 2013)
2013-11-28

La section Europe de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie a choisi la Moldavie pour y tenir sa 26ème assemblée à l'initiative de la députée Ana Gutu, présidente de la section moldave.

L'occasion de rappeler que la Moldavie est aujourd'hui le pays le plus francophone d'Europe centrale et orientale et que le français y tient encore toute sa place, son ouverture internationale et son rapprochement européen.

La réunion s'est ouverte le 19 novembre au Palais de la République de Chisinau en présence des 77 invités représentants les 14 sections de parlementaires francophones d'Europe, mais aussi ceux d'Amérique et d'Afrique, qui ont envoyé en Moldavie des délégués. La Canadienne Andrée Champagne, présidente de l'Assemblée parlementaire de la Francophonie, effectuait son premier déplacement en Moldavie.

Les parlementaires francophones ont pu avoir des entretiens avec le président du Parlement moldave, M. Igor Corman. Les représentants de la section française ont également pu rencontrer Gérard Guillonneau, ambassadeur de France en République de Moldavie, qui a également assisté à l'ouverture de la séance solennelle d'ouverture aux côtés de Marius Lazurca, ambassadeur de Roumanie en République de Moldavie.

Jean-Paul Wahl, chargé d'affaires de la Région Europe de l'APF, Igor Corman, président du Parlement moldave, Ana Gutu, présidente de la section moldave, Pascal Terrasse, secrétaire général parlementaire de l'APF et enfin Andrée Champagne, présidente de l'APF ont ouvert officiellement cette 26ème assemblée avant de laisser la parole aux intervenants qui se sont succédés pour les travaux en séance consacrés à la "Recherche : consolidation du français comme langue d'accès au savoir en Francophonie".

Emmanuel Skoulios, directeur de l'Alliance française de Moldavie et président de la Chambre de commerce et d'industrie France-Moldavie a ouvert les interventions en rappelant que le français et la francophonie avaient joué et continuaient à jouer un rôle considérable dans le développement, l'ouverture internationale et le rapprochement européen du pays. Il a rendu hommage aux professeurs de français en déplorant le manque de moyens dont l'enseignement du français était victime aujourd'hui en Moldavie. Il a aussi appelé les autorités moldaves à continuer à soutenir l'enseignement de toutes les langues étrangères en rappelant que la diversité linguistique et le plurilinguisme étaient la principale richesse du pays aujourd'hui et qu'elle contribuait à son attractivité.

Source Alliance française de Moldavie

:

[URL : http://www.alfr.md/spip.php?lang=fr§ion=166&subsection=193&article=4703].