Liste des Géorgiens inhumés à Sochaux Montbéliard (Doubs)
2013-11-28

A partir des années 1920, jusqu'à trois cents Géorgiens oeuvrent dans les Etablissements Peugeot de Sochaux Montbéliard.

Après la chute de la Ière République de Géorgie, Lado Bakradzé, ancien représentant diplomatique en Pologne, négocie avec la direction des établissements l'attribution de places d'apprentissage, de lieux d'habitation et de contrats de travail.

Cette démarche prend corps en 1924, avec l'arrivée d'hommes fuyant la répression soviétique engagée après l'insurrection nationale géorgienne du mois d'août.

Certains rejoindront plus tard la communauté géorgienne de Paris, où après leur formation à la construction mécanique ils s'emploieront chez Citroën ou chez Renault.

D'autres restent sur place, s'établissent et épousent souvent des femmes françaises.

S'il est communément admis qu'une centaine de sépultures s'y trouvent encore, le recensement exact reste à établir.