Histoire de la Crimée contemporaine
2003-05-19

Histoire de la Crimée contemporaine



La Crimée, qui faisait partie de la république de Russie, fut rattachée en 1954 à l'Ukraine par le président de l'URSS, Nikita Khrouchtchev. À partir de ce moment, l'histoire de l'Ukraine suivit un cours parallèle à celle de l'Union soviétique qui poursuivit sa russification en Ukraine, ce qui suscita aussi des mouvements nationalistes. Puis les réformes commencées par Mikhaïl Gorbatchev en 1985 donnèrent un nouvel élan aux mouvements des nationalités au sein de l'URSS. Le 16 juillet 1990, le Rada (Conseil) suprême de l'Ukraine adopta une Déclaration sur la souveraineté nationale de l'Ukraine.

Peu après l'indépendance, un mouvement sécessionniste dirigé par des Russes se forma en Crimée. La Crimée proclama même son indépendance, mais celle-ci fut finalement abrogée en mai 1992. Puis, le même mois, le Parlement de la fédération de Russie déclara nul et caduc le transfert de 1954 qui rattachait la Crimée à l'Ukraine. Les Russes se ravisèrent et finirent par reconnaître la Crimée comme faisant partie de l'Ukraine.

Dans l'état actuel des choses, la république de Crimée est une entité autonome, mais faisant partie "intégrante et inséparable" de l'Ukraine; elle est peuplée de Russes orthodoxes, d'Ukrainiens, de Tatars musulmans, et de quelques minorités grecques, bulgares et juives karaïtes. Plusieurs dispositions de la Constitution ukrainienne de 1996 les articles 134 à 139 sont consacrées à la République autonome de Crimée qui, par ailleurs, est dotée de sa propre constitution selon laquelle elle exerce le pouvoir dans des domaines comme la préservation de la culture.