Bibliographie : "Mikola Piniguine" de Virginie Symaniec
2013-03-04

Collection Biélorussie, éditions L'Harmattan.

Virginie Symaniec, Mikola Piniguine, Mises en scène d'un exil, 2003,


ISBN : 2-7475-3622-X, 15 euros

"Je vis en permanence avec cette phrase de Tchekhov : J'ai regretté
toute ma vie que Dieu ne m'ait pas donné la force d'être un artiste
libre. Tchekhov devait écrire trois à quatre histoires par jour pour
nourrir sa famille et gagner sa vie. Devenir libre, ce serait comme se
faire moine et il faut beaucoup de force pour se dégager de toutes les
contraintes quotidiennes et ne s'occuper que de son art. Il faut tant de
force. Notre art, le théâtre, est un art très difficile car il s'agit
d'une affaire collective. Il faut réunir beaucoup de paramètres pour que
quelque chose se passe. J'aimerais savoir qui va entrer dans la salle.
On dit que la conception du théâtre est dans la salle, qu'il suffit
d'être à l'écoute pour la ressentir et que ton devoir de metteur en
scène est de la formuler dans une forme artistique. Avant, je comprenais
ce que cela signifiait. Mais maintenant ? Quel auteur dramatique va
travailler nos stéréotypes ? Il me reste si peu de temps. Peut-être
faudrait-il que j'essaye d'avoir à nouveau mon propre théâtre, mais j'ai
besoin de clowns. Qu'on me donne des clowns !
"

Né en 1957 en Ukraine, de père russe et de mère ukrainienne, Mikola
Piniguine a grandi en Biélorussie où il sort diplômé de l'Institut
théâtral de l'Académie des Arts de Minsk en 1979. Moteur dans la
réforme
du théâtre biélorussien soviétique et promis à une brillante
carrière,
Mikola Piniguine, comme beaucoup d'autres artistes et intellectuels, a
été contraint de quitter son pays, la république autoritaire de
Biélorussie.