La phagothérapie : des essais cliniques inédits en Europe (9 janvier 2014)
2014-01-09

Paris, 9 janvier 2014, Adeline Demarquois pour Passeport Santé. C'est une première mondiale : des essais cliniques sur les bactériophages, conduits dans sept hôpitaux de France, Belgique et Suisse, débuteront l'automne prochain. Les virus bactériophages, simplement appelés phages, détruisent les bactéries multirésistantes. De nombreux spécialistes et médecins se battent pour réintroduire la phagothérapie dans les pays occidentaux puisqu'ils voient en elle un moyen efficace pour aider les patients en impasse thérapeutique.

La phagothérapie, qu'est ce que c'est ?



La phagothérapie utilise les bactériophages, des virus présents partout dans notre environnement et en particulier dans le sol et les eaux d'égout, pour combattre et traiter certaines maladies infectieuses d'origine bactérienne. Une fois fixés sur l'enveloppe externe de la bactérie, les phages vont percer sa paroi cellulaire et injecter leur matériel génétique. Ils vont ensuite se reproduire à l'intérieur de leur hôte provoquant sa mort.

Très employée dans les pays de l'Est comme la Russie et surtout la Géorgie, cette thérapie par les phages est aujourd'hui interdite en France et en Europe. Pourtant, avant l'arrivée des antibiotiques aux Etats-Unis et en Europe dans les années 1940, la phagothérapie était tolérée et largement employée. Elle a cependant été progressivement délaissée au profit de l'antibiothérapie.

Le projet Phagobrun



Lancé le 1er juin dernier, le projet collaboratif européen Phagoburn, étudie l'usage thérapeutique des bactériophages pour traiter les infections cutanées chez les patients brûlés. Le projet, financé par le 7ème Programme Cadre de Recherche et Développement, bénéficie également d'un soutien européen de près de 3,8 millions d'euros. Phagoburn est coordonné par le Service de santé des Armées en collaboration avec les PME Pherecydes Pharma et Clean Cells qui mettront au point et produiront des cocktails de bactériophages.

Le Docteur Jérôme Larché, fondateur et président de l'association Phagespoirs, qui prône la recherche et l'utilisation des bactériophages, s'est exprimé sur le sujet : « Cette étude vise à considérer les effets des bactériophages. Les premiers résultats sont attendus d'ici deux ans. Notre association Phagespoirs va en présider le comité d'éthique […] Plus de 60 dossiers de patients souhaitant bénéficier de la phagothérapie sont constitués. Or, le traitement n'est toujours pas autorisé en France. Il l'est en Pologne, en Géorgie, depuis des dizaines d'années. Nous demandons à ce que l'on autorise la bactériophagie pour ces patients en impasse thérapeutique. Ne pas donner le feu vert, cela constitue une perte de chances pour les patients très préjudiciable. C'est une erreur de ne pas le faire. »

Ces essais cliniques seront conduits au sein d'hôpitaux dédiés à la prise en charge des grands brûlés en France, en Belgique et en Suisse dès cet automne.

Source



[URL : http://www.passeportsante.net/fr/Actualites/Nouvelles/Fiche.aspx?doc=phagotherapie-essais-cliniques-inedits-europe]

.

Voir aussi




[URL : 4276]