Le mot du directeur de l'Institut français de Géorgie, Gilles CARASSO (janvier 2014)
2014-01-14

Si l'on jette un regard en arrière sur l'année 2013 du point de vue des relations culturelles franco-géorgiennes, que retiendra-t-on ?

Que le déclin du français est enrayé en Géorgie. Le programme dʹapprentissage du français dans les petites classes de dix écoles publiques a été mis en œuvre avec succès à Tbilissi et en province et plusieurs universités privées ont introduit l'enseignement du français. La francophonie a de beaux jours devant elle en Géorgie même si nous savons que le plurilinguisme est toujours un combat.

Dans le domaine artistique on relève qu'après « Keep smiling », « Eka et Natia » (In Bloom) a connu un beau succès dans les salles françaises. Nous attendons avec impatience les films de Tina Kadjrishvili et Teona Grenade qui doivent sortir en 2014. Dans les arts visuels, on retiendra aussi le succès remarquable de la 5e édition de Festinova à Garikula avec une forte participation française, avant que l'œuvre créée par le sculpteur Jean Dupuy pour la corniche de Batoumi « Where » ne soit exposée au Jardin des Tuileries. En musique, de beaux concerts français et franco-géorgiens à Tbilissi (Patrice Héral avec Rezo Kiknadze, François-Bernard Mâche, le quatuor Arpegionne, le guitariste Thibaud Cauvin), mais aussi à Batoumi avec la première édition du festival Batum Fest d'Elisso Bolkvadze.

L'Institut Français n'a jamais eu autant d'élèves qu'en 2013. Ce succès est dû avant tout à la qualité de nos professeurs mais aussi à nos efforts pour offrir un environnement francophone stimulant à nos étudiants ; cours de conversation et rencontres en tous genres (on se souvient en particulier des rencontres avec Fanny Ardant et Vincent Moon), nouvelles approches comme le "français par la cuisine" ou le ciné-club bi-mensuel de plus en plus suivi.

Chaque année est un nouveau départ. Au moment où elle commence, nous préparons de nouveaux projets que vous découvrirez sur notre site et sur la lettre de l'IFG mais nous savons aussi que c'est l'imprévu qui lui donnera finalement sa physionomie.

Je vous souhaite beaucoup d'heureuses surprises en 2014.