Le Conseil des Communes et Régions d'Europe (2003)
2012-12-11

Le Conseil des Communes et Régions d'Europe



Le Conseil des Communes et Régions d'Europe est né de deux postulats essentiels :

- La démocratie locale constitue le fondement de toute vie publique démocratique des Etats : profondément attaché à la règle démocratique, le CCRE ne peut accepter comme membres que les collectivités territoriales issues du libre suffrage universel.

- Parce que, ainsi que l'a affirmé l'un des fondateurs du CCRE, Edouard Herriot, Maire de Lyon, "tout divise les Etats et tout unit les communes", les pouvoirs locaux ont un rôle fondamental à jouer dans la réalisation de l'Union européenne. Ils permettent en effet d'apporter l'appui populaire que peuvent susciter les responsables locaux, qui sont les élus les plus proches des citoyens.

Dans un monde devenu extraordinairement interdépendant, les villes et les régions sont donc appelées à coopérer avec leurs homologues des autres pays. Elles y trouvent également le plus grand intérêt en procédant à des échanges d'expériences et à des transferts de savoir-faire dans les domaines les plus variés. Pour mener à bien cette coopération, elles doivent cependant disposer d'instruments propres sur le plan national et mettre sur pied des structures communes avec les pouvoirs locaux des autres pays.

C'est à cette nécessité qu'a répondu la fondation du Conseil des Communes d'Europe (CCE) en 1951 à Genève, devenu Conseil des Communes et Régions d'Europe en 1984.

Aujourd'hui le CCRE rassemble plus de 100.000 collectivités territoriales en Europe, de Lisbonne à Tallinn, de Reykjavik à Sofia, d'Oslo à Palerme, fédérées au travers de 44 grandes associations nationales de pouvoirs locaux et régionaux dans 31 pays européens. Le CCRE constitue ainsi, depuis sa fusion avec IULA (Union Internationale des Villes et Pouvoirs Locaux), l'association des pouvoirs locaux et régionaux de loin la plus représentative en Europe. Elle est aujourd'hui présidée par Valéry Giscard d'Estaing, président de la région Auvergne et Président de la Convention sur l'avenir de l'Europe.

Les missions et les activités du CCRE sont nombreuses et diversifiées. Mais la base populaire de l'action du CCRE reste néanmoins le remarquable réseau des jumelages dont il fut l'initiateur : près de 26.000 jumelages européens témoignent de la vitalité d'un mouvement sans équivalent dans le monde. Le CCRE a obtenu du Parlement européen qu'il crée un instrument financier adapté au soutien et à l'encouragement des jumelages : le fonds d'Aide Communautaire aux Jumelages, intervenu depuis 1990 en faveur de milliers de manifestations de jumelages en Europe.

Contact

: Sandra Ceciarini, Secrétariat Général du CCRE à Paris (Bureau Européen) : 15 rue de Richelieu 75001 Paris. Tél. 01 44 50 59 59. Fax. 01 44 50 59 60. E-mail : cemr@ccre.org. Site Internet : www.ccre.org

Le CCRE en France : le service "Europe du citoyen"



L'AFCCRE est la section française du CCRE. Elle :
- conseille les collectivités locales dans la recherche d'un partenaire en Europe et répond aux demandes provenant des autres pays ,
- les aide dans l'organisation de leurs relations européennes et de leurs échanges,
- les assiste dans la présentation des demandes de subvention (Aide communautaire aux jumelages et Office franco-allemand pour la jeunesse),
- organise régulièrement des sessions de formation à l'attention des responsables des jumelages de communes.

Contacts

: Philippe Tarrisson, chargé de mission "Europe du citoyen" - AFCCRE, 30 rue Alsace-Lorraine 45000 Orléans. Tél. 02 38 77 83 83. Fax. 02 38 77 21 03. E-mail : philippe.tarrisson@afccre.asso.fr. Site Internet : www.afccre.asso.fr