Généralités sur le tourisme en Pologne
2004-07-29

Généralités sur le tourisme en Pologne



La Pologne est certainement le pays de l'ancien " bloc de l'est " qui a le
plus profité, en matière de tourisme, de la fin de la guerre froide : entre 1990
et 1995, le nombre de touristes étrangers (visiteurs passant au moins une nuit
sur place) a été multiplié par près de 6, pour atteindre un maximum de 19,2 M.

Ce nombre est en régression depuis, mais, avec 14 M de touristes en 2002,

la
Pologne fait encore partie selon l'Organisation Mondiale du Tourisme
(OMT)* du " top-15 " des principales destinations touristiques mondiales

.

70% des flux de visiteurs étrangers en Pologne se rendent dans les villes ;
l'environnement naturel du pays (parcs protégés, forêts, lacs) offre également
de nombreuses possibilités d'écotourisme ; la Pologne dispose, par ailleurs, de
stations balnéaires au bord de la Mer Baltique ainsi que de stations de sports
d'hiver dans le sud du pays. Le tourisme domestique représente
environ les deux tiers du revenu du secteur : en 2001, selon Eurostat, les
séjours de polonais ont ainsi représenté 85% des nuits en hébergement
collectif (15% pour le tourisme étranger). En y incluant les séjours
domestiques, le tourisme intérieur représenterait près de 8% du PIB polonais.

Le recul depuis deux ans du nombre
total de visiteurs étrangers en
Pologne (y compris ceux qui ne
passent pas de nuit sur place) est très
important : 84,5 M en 2000, 61,7 M
en 2001 et 50,7 M en 200. Il s'agit
d'un effet conjoint des difficultés du
tourisme mondial depuis la fin 2001
et du ralentissement de l'économie
polonaise.

En 2002 l'Allemagne
représentait la moitié des visiteurs
étrangers (24 M), suivie de la
République tchèque (8 M), l'Ukraine
(6 M) et la Biélorussie (4 M).

Selon l'office polonais du tourisme,
les trois motivations principales au
tourisme international à destination
de la Pologne sont les affaires (27%),
la détente (21%) et la visite de
parents (21%). Le tourisme étranger
en Pologne a ainsi une forte
composante de " shopping " et de
transit.

Les besoins en matière d'investissements hôteliers dans les pays de la zone
restent divers. La Pologne par exemple souffrirait d'un manque important
dans le segment des hôtels bon marché (deux étoiles ou moins). Le groupe
Accor est bien implanté dans le moyen de gamme avec notamment une
dizaine d'hôtels Ibis (dont trois à Varsovie) et 35 établissements de la chaîne
polonaise Orbis



Source

: Revue élargissement de la DREE - n° 34 Spécial tourisme - juin 2003