Statut de la presqu'île de Prevlaka (2003)
2013-01-03

Zagreb et Belgrade s'accordent sur le statut de la presqu'île de Prevlaka



La mission d'observation de l'ONU à Prevlaka s'est achevée le 15 décembre 2002. Symboliquement, le protocole a été signé à Konfin, au poste-frontière croato-monténégrin, le 10 décembre 2002, par les chefs de la diplomatie croate et yougoslave, MM. Tonino Picula et Goran Svilanovic, maîtres-d'oeuvre du compromis historique. Il définit le statut démilitarisé de ce territoire, met un terme à dix années de statu quo et permet le retrait des observateurs de l'ONU.

La presqu'île de Prevlaka a longtemps constitué une pierre d'achoppement entre les deux pays. Situé à la frontière croato-monténégrine et protégeant l'accès aux Bouches de Kotor, ce territoire côtier a été occupé en 1991 par l'armée yougoslave, dès le début de la guerre. Le 30 septembre 1992, une déclaration conjointe à Genève des présidents croate et yougoslave, MM. Tudjman et Cosic, a ouvert la voie à la démilitarisation de la zone, qui fut confiée à la

FORPRONU

(Force de protection des Nations unies en ex-Yougoslavie) en vertu de la résolution 779 du Conseil de sécurité de l'ONU (6 octobre 1992). En 1995, l'

ONURC

(Opération des Nations unies pour la restauration de la confiance en Croatie) a pris officiellement le relais de la FORPRONU, alors dissoute. Depuis janvier 1996, cette mission est confiée à la

MONUP

(Mission d'observation des Nations unies à Prevlaka) par mandats de six mois renouvelables. Le dernier en date, reconduit le 11 octobre 2002, a été écourté et a pris fin solennellement le 15 décembre 2002. L'accord instaure notamment une Zone d'exclusion maritime à l'intérieur des Bouches de Kotor ainsi qu'une Zone frontalière démilitarisée et prévoit le retour de la presqu'île de Prevlaka sous souveraineté croate.