Belarus : situation des médias (2003)
2013-12-12

Belarus : situation des médias



Déclaration de la Présidence au nom de l'Union Européenne



(Bruxelles, 25 juin 2003)


L'Union européenne suit avec une vive inquiétude l'aggravation de la situation des médias au Belarus et se déclare préoccupée par la suspension du journal indépendant "Belaruskaya Delovaya Gazeta" et de la publication "BDG-for internal use only", intervenue le 28 mai 2003. L'Union européenne est également préoccupée par certaines dispositions du projet de loi concernant les médias et par le harcèlement que ne cessent de subir les journaux et journalistes indépendants et de l'opposition.

L'Union européenne souhaite voir le Belarus occuper la place qui est la sienne en Europe, en tant que pays doté d'institutions démocratiques qui fonctionnent et d'une économie de marché prospère. Néanmoins, les développements récents l'amènent à exprimer la déception que lui inspirent les restrictions susmentionnées ; elle souligne que la liberté de la presse et la liberté d'expression sont des éléments essentiels dans un pays qui tient à avoir sa place parmi les nations européennes. L'amélioration de la situation des médias constituera un progrès important en ce qui concerne les relations entre l'Union européenne et le Belarus.

L'Union européenne engage le Belarus à intensifier ses efforts pour améliorer la situation des médias dans le pays en assurant l'entrée en vigueur d'une loi sur les médias qui aura fait l'objet d'une évaluation favorable de la part des experts de l'OSCE et du Conseil de l'Europe. En outre, elle engage le Belarus à prendre immédiatement les dispositions nécessaires pour mettre fin à la fermeture provisoire du journal "Belaruskaya Delovaya Gazeta" et de la publication "BDG-for internal use only", et à s'abstenir de toute nouvelle mesure restrictive à l'encontre des médias ou journalistes indépendants du pays.

Chypre, la République tchèque, l'Estonie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, Malte, la Pologne, la République slovaque et la Slovénie, pays adhérents, la Bulgarie, la Roumanie et la Turquie, pays associés, ainsi que l'Islande, le Liechtenstein et la Norvège, pays de l'AELE membres de l'Espace économique européen, se rallient à cette déclaration./.



Source

: site Internet du Ministère des Affaires Etrangères