L'élection présidentielle au Monténégro invalidée (2003)
2013-04-01

Election présidentielle invalidée



Le 20 octobre 2002, la

coalition "Pour un Monténégro européen"

conduite par l1actuel Président Milo Djukanovic sortait largement vainqueur des élections législatives anticipées organisées au Monténégro. Cette victoire et l1établissement d1une nouvelle majorité devraient contribuer à résoudre la crise politique que traverse le Monténégro depuis plus d1un an et apporter au pays la stabilité nécessaire à la mise en oeuvre des réformes économiques, juridiques et politiques indispensables au pays. La crise politique interne s'est en effet traduite par une nette dégradation des conditions de vie de la population. Un rapport de la Banque mondiale indique ainsi que plus de 80 % des Monténégrins vivent dans des conditions de simple "subsistance". En outre, plus de la moitié de la population reçoit des aides sociales de l1Etat et 20 % vit en dessous du seuil de pauvreté.

Milo Djukanovic

(Parti démocratique des socialistes) est aujourd1hui un Président démissionnaire. A la suite de la victoire électorale de sa coalition aux dernières élections législatives du 20 octobre, il a en effet choisi de devenir premier ministre du Monténégro. La Constitution stipulant que celui-ci est nommé par le président, Milo Djukanovic a donc quitté le 25 novembre dernier ses fonctions présidentielles afin de se rendre disponible pour diriger le gouvernement. Néanmoins, officiellement, ni la Constitution ni aucune loi n1interdisent à une seule et même personne d1occuper le poste de président de la République et d1exercer dans le même temps les fonctions de premier ministre. Filip Vujanovic, vice-président du Parti démocratique des socialistes, Premier ministre sortant et nouveau président du Parlement, élu le 5 novembre dernier, a assuré les fonctions de Président du Monténégro par intérim.

Le leader du Parti démocratique des socialistes (DPS) a donc décidé de ne pas prendre le risque d1une défaite à l1élection présidentielle et n1a pas brigué de second mandat. Le président du Monténégro, élu au suffrage universel direct tous les cinq ans, possède peu de pouvoirs, les affaires de l1Etat étant principalement traitées par le Gouvernement. Si Milo Djukanovic a su faire de la fonction présidentielle un poste important, sa nomination au poste de premier ministre lui permet de retrouver le véritable pouvoir. Il paraît évident que le prochain président - en particulier s1il appartient à la formation du futur Premier ministre - ne jouera pas un rôle aussi important. A quarante ans, Milo Djukanovic, en effet, est déjà un vétéran de la politique. Nommé premier ministre en 1991, le plus jeune de l1histoire du Monténégro (et d1Europe), il a été reconduit dans ses fonctions par deux fois en 1993 et 1996 avant de devenir en octobre 1997, président de son pays. Il reste le seul homme politique - ayant commencé sa carrière au sein des structures communistes yougoslaves - encore influent aujourd1hui.

Le Parti démocratique des socialistes a fini par investir Filip Vujanovic comme candidat à l1élection présidentielle. De son côté, l1opposition a investi Predrag Bulatovic, le leader du Parti socialiste populaire (SNP).

Le 22 décembre,

Filip Vujanovic

n'a pas réussi à s'imposer. Le taux de participation aux élections présidentielles n'a été que de 46 %, nettement en dessous de la barre des 50 % des électeurs inscrits, indispensable pour valider le scrutin.

d'après Corinne Deloy - Fondation Robert Schuman