Les candidats français au Grand-Duché de Lituanie au XVII° s.
2003-07-21

Les candidats français au Grand-Duché de Lituanie au XVII° s.



Le contexte historique



A partir du 20 mai 1654 , une grande guerre éclate entre le Tsarat russe , sous la pression des cosaques , et le Grand Duché de Lituanie . Le traité de Pereïaslav , signé entre Russes et Cosaques , adopte une résolution sur le rattachement de l'Ukraine à la Russie . La Moscovie est d'ailleurs trop heureuse de pouvoir rétablir l'exclusivité de sa filiation avec l'antique Rous kiévienne , de développer sa théorie « Moscou troisième Rome » , et d'assimiler Russie et Ruthénie fondues dans la formule de « toutes les Russies » . A l'été 1655 , alors que presque tout le territoire de la Lituanie est occupé par les Russes , la Pologne est attaquée et très vite occupée par un autre agresseur , la Suède .

Après succès et échecs de part et d'autre , les Cosaques changeant régulièrement de côté , des négociations de paix débutent en juin 1664 pour s'achever finalement en janvier 1667 (!) par la trêve d'Androsava ; le palatinat de Smolensk et toute l'Ukraine de la rive gauche plus Kiev sont rattachés à la Russie .

Cette longue guerre est la plus sanglante du Grand Duché de Lituanie . La plupart des villes et villages sont détruits et pillés . L'agriculture , l'artisanat et le commerce tombent en décadence . La population diminue de 48,4 % entre 1648 et 1667 .


Henri-Jules de Condé , duc d'Enghien



Au début des années 1660 , tandis que la guerre touche à sa fin , la cour de la République des Deux Peuples (polonais et lituanien) élabore un plan de réforme dans le pays . Ce dernier prévoit le renforcement du pouvoir central (impôts réguliers , adoption des résolutions de la Diète à la majorité des deux tiers , etc..... ) et l'élection d'un successeur du roi et grand duc « vivente rege » (du vivant du roi régnant) .

Ce plan passionne surtout la reine , la princesse française Louise-Marie de Gonzague , princesse de Nevers qui , peu après la mort de son premier mari , Ladislas IV Wasa , avait épousé son frère Jan II Kazimierz (Jean-Casimir).

Un Français est le principal candidat à cette élection . Il s'agit du duc d'Enghien , Henri-Jules de Condé , fils du Grand Condé , qui a le soutien de l'élite dirigeante de Lituanie . Pourtant , les magnats polonais s'opposent à l'idée même de réformes , y compris à une élection « vivente rege » . Ces contradictions faillirent conduire à la rupture de l'union lituano-polonaise , car les Lituaniens proposèrent au duc d'Enghien un titre de grand duc séparé , fixant même la diète préparatoire pour commencer la procédure d'élection au printemps 1664 . Mais la perplexité du parti français ne permit pas sa réalisation .

Après la mort de Louise-Marie , le roi et grand duc Jan Kazimierz abdiqua le 16 septembre 1668 et partit pour la France où il mourut quatre ans plus tard . Le 19 juin 1669 , c'est un magnat ukrainien , Michal Karybut Visniaviecki (Michel Wisniowiecki , Mykolas Visniaveckis en lituanien) , protégé de Vienne en tant que gendre de l'empereur Léopold 1er , qui est élu en qualité de souverain polono-lituanien . Son règne ne durera que quatre ans . A sa mort , le grand hetman de Pologne Jan Sobieski (Jonas Sobieskis) , protégé des Français est élu roi de Pologne et grand duc de Lituanie (8 mai 1674) .

François-Louis de Conti



A la mort de Jan Sobieski (17 juin 1696) , le conflit entre les deux familles dominantes de la République , les Ahinski et les Sapieha , devient ouvert . Pendant la campagne électorale , les Ahinski appuient les prétentions du fils du défunt , Jakub Sobieski , au trône de son père . Les Sapieha , sous la direction du grand hetman Kazimir Jan , prennent le parti du candidat français , le prince François-Louis de Conti . Ce dernier est même élu roi et grand duc en mai 1697 , mais son arrivée tardive en République des Deux Peuples lui coûte son trône .

En effet , Conti arrive à Gdansk en septembre 1697 . Or , dès le mois de juin , l'armée de l'électeur de Saxe Frédéric-Auguste 1er , à son tour proclamé souverain polono-lituanien par la minorité de la diète électorale , entre en Pologne et occupe Cracovie .

Tandis que le Français hésite , les troupes saxonnes sont maîtresses en Pologne et « recrutent » de ce fait de nouveaux partisans pour leur monarque .

Le 15 septembre 1697 , le Saxon est couronné sous le nom d'August II Wettyn (Augustas II) , et , vers 1699 , les derniers partisans de Conti , retourné sans gloire en France l'année précédente , reconnaissent le pouvoir d'August .

Conclusion



Les Lituaniens ont mis beaucoup de soin à essayer d'assurer la priorité de la France dans les affaires de l'Europe centrale et orientale , s'affirmant comme le parti le plus intéressé à l'élection d'Henri-Jules de Condé en 1664 et de François-Louis de Conti en 1697 en qualité de roi de Pologne et de grand duc de Lituanie (ou même de grand duc indépendant) .

Mais , contre leurs espérances , la France n'était pas prête à défendre ses intérêts dans cette partie de l'Europe ....Comme quoi l'Histoire est un éternel recommencement !








Gilles DUTERTRE
- permanent au COLISEE
- membre de la Coordination France - Lituanie