Radio Contact à Pristina (2003)
2013-02-06

Radio Contact à Pristina



La radio

Contact

, basée à Pristina, a été fondée en juin 1998. Faisant partie du Réseau Contact, elle se veut une station de communication ouverte, qui relie les gens quelles que soient leur origine ethnique, ou leur affiliation politique ou religieuse. Elle a été la première radio multiethnique du Kosovo, émettant en langues albanaise, serbe et turque, avec des émissions spéciales en direction des communautés ethniques de la province.

Dès le début, elle a subi les pressions du régime de Milosevic et, le 1er juillet 1998, elle a vu son matériel confisqué par la police serbe. De décembre 1998 au 23 mars 1999, elle a pu cependant continuer à produire des émissions de 15 minutes en langue serbe grâce au satellite de la BBC-ANEM. Pendant les bombardements de l¹OTAN, les huit journalistes albanais, musulmans et serbes ont dû quitter Pristina et tout l¹équipement a été volé.

En juillet 1999, après l¹arrivée des troupes internationales, une nouvelle équipe a pu s¹installer au 14ème étage de la Maison des Médias de Pristina, avec une fréquence (

89.1 MHZ FM

) délivrée par la KFOR. Le principal problème que rencontre cette nouvelle équipe est celui de la sécurité des journalistes non-albanais, qui affirment ne pas avoir le droit d¹utiliser leur langue maternelle. Les journalistes serbes qui travaillent encore à Contact vivent sous la menace constante de sévices. Ils ne peuvent pas assister aux conférences de presse organisées par les partis albanais et quand ils apparaissent en public, ils doivent parler albanais ou anglais : "La langue serbe a déjà été bannie de Pristina et vous ne pouvez pas obtenir un verre d¹eau si vous le demandez en serbe".

Aujourd¹hui encore, la radio Contact est régulièrement exposée à des attaques de la part d¹inconnus. En dépit de ces harcèlements, elle reste une station de radio multiethnique, indépendante et ouverte. Emettant 24 h sur 24, elle emploie 35 à 40 personnes d¹origine diverse : Albanais, Serbes, Musulmans, Turcs, Monténégrins... Elle veut prouver coûte que coûte qu¹il y a encore place pour une coopération entre les différentes communautés ethniques au Kosovo, particulièrement entre Serbes et Albanais. Elle espère que les récents changements intervenus en Serbie faciliteront ces relations interculturelles.

Contacts

:

Snezanna Pejcic Tarle, chef de projet, Réseau Contact.

Tél. mobile : 00 381 63 306 881.

Email : foscode@merkur.bits.net.