République tchèque : disparition de Pavel Tigrid
2013-01-21

Disparition de M. Pavel Tigrid



L'ambassade de la République tchèque à Paris est profondément affectée par la disparition de Monsieur Pavel Tigrid, grand écrivain et éditeur européen.

Titulaire de nombreuses décorations parmi lesquelles la Légion d'honneur, l'ancien ministre de la culture est mort subitement le 31 aoűt, dans sa 86e année, à son domicile de Héricy (Seine-et-Marne) près de Paris. Chef de file de l'exil tchèque, Pavel Tigrid a consacré sa vie à la défense des idées démocratiques, notamment à l'époque de l'Europe bipolaire.

Pavel Tigrid, de son vrai nom Schönfeld, a quitté son pays à deux reprises : en 1939, il fuit les fascistes, neuf ans plus tard, les communistes. En Allemagne, il participe à la création de la rédaction tchèque de Radio Europe Libre. Aux Etats-Unis, et ensuite en France, où il s'installe une fois pour toutes en 1960, il commence à éditer sa fameuse revue culturelle et politique Témoignage, dont les 20 000 exemplaires furent transportées, chaque trimestre, en Tchécoslovaquie communiste. Pavel Safr, rédacteur en chef du journal Mlada fronta Dnes, où Pavel Tigrid publiait, jusqu'à sa mort, ses brillants commentaires, a lu Témoignage pour la première fois à 15 ans : "Ce fut un choc pour moi, écrit-il, quand j'ai compris, grâce au Témoignage, quelles cruautés ont accompagné le départ de la minorité allemande de la Tchécoslovaquie de l'après-guerre, quand j'ai réalisé l'ampleur de la terreur communiste..."

Après la Révolution de velours, Pavel Tigrid se lance, à Prague, dans la politique : d'abord comme conseiller du Président Havel et ensuite comme ministre de la Culture. Malgré son échec aux élections sénatoriales, en 1996, Pavel Tigrid ne cesse pas de s'intéresser à la vie de la société tchèque et cette dernière lui prête oreille. Pas de trace d'amertume dans ses opinions, ce qui est assez rare chez un Tchèque âgé, mais, en revanche, une bonne dose d'optimisme.

"Pour beaucoup d'entre nous, sa disparition signifie la fin d'une époque en France et en Europe. Il est né dans l'empire austro-hongrois, en 1917, l'année où Lénine et les siens ont pris le pouvoir à Moscou. Grâce à sa revue Témoignage (Svedectvi), beaucoup d'exilés tchèques ont compris que même si leur patrie leur était interdit, ça valait la peine d'apprendre à leurs enfants la langue tchèque. Je me souviens aussi de cette ambiance conviviale et optimiste qu'il a toujours su créer autour de lui. Grâce à Pavel Tigrid, Paris a pu être, pour les Tchèques et les Slovaques, éparpillés dans le monde pendant les années noirs, non seulement la capitale de la culture française, la ville de la bonne cuisine, mais aussi un coin profondément tchèque."
Jiri Slavicek, journaliste

L'ancien Président Vaclav Havel a l'intention de se rendre le mardi 9 sptembre à Héricy pour assister aux obsèques de Pavel Tigrid . La délégation officielle devrait être conduite par le ministre tchèque des affaires étrangères, Cyril Svoboda.

Les autorités françaises seront représentées par M. Pierre-André
Wiltzer, Ministre délégué à la coopération et à la Francophonie. Par
ailleurs, le ministre des Affaires étrangères, M. Dominique de Villepin, a
adressé à la veuve de M. Tigrid une lettre de condoléances dans laquelle il
a souligné le rôle déterminant joué par M. Tigrid dans la vie de la
Communauté tchèque de France pendant de longues années, puis dans la
restauration de la démocratie dans son pays.



Sources

:
- site Internet de l'Ambassade de la République Tchèque à Paris [URL : www.czembassy.org]
- Radio Prague [URL : www.radio.cz.fr]