Le Conseil de l'Europe et les Roms
2003-09-03

Le Conseil de l'Europe et les Roms



Les Roms/Tsiganes forment un groupe d'environ 8 à 10 millions de personnes en Europe. Ils sont présents dans la quasi totalité des Etats membres du Conseil de l'Europe et dans certains pays d'Europe centrale et orientale, ils représentent plus de 5 % de la population.

Or, même s'ils sont présents en Europe depuis le 14ème siécle, ils ne sont souvent pas reconnus par les sociétés majoritaires comme un peuple européen à part entière et ont souffert, tout au long de leur histoire européenne, de rejet et de persécutions qui ont culminé avec la tentative d'extermination perpétrée par les nazis. Ce rejet multiséculaire a pour résultat qu'aujourd'hui une large partie des communautés roms/tsiganes vit dans des conditions très difficiles, souvent en marge des sociétés des pays dans lesquels elles vivent, et que leur participation à la vie publique est très limitée. Il leur est également difficile de faire reconnaître pleinement leur apport à la culture européenne.

Depuis 1993, la question des Roms/Tsiganes se trouve au coeur de trois priorités essentielles pour l'Organisation : la protection des minorités, la lutte contre le racisme et l'intolérance et le combat contre l'exclusion sociale. En effet, il apparaît que la situation difficile dans laquelle se trouvent de nombreuses communautés roms/tsiganes représente à terme un risque pour la cohésion sociale des Etats membres. En outre, des associations roms/tsiganes de plus en plus actives ont à maintes reprises sollicité le Conseil de l'Europe afin qu'il veille à ce que les droits fondamentaux de cette minorité soient respectés dans les Etats membres.

Le Conseil de l'Europe a donc décidé de traiter des questions roms/tsiganes en vue de contribuer à une amélioration de leur situation à long terme. Afin de faire entrer ces questions dans le cadre institutionnel, le Comité des Ministres a décidé en 1995 de mettre sur pied un Groupe de spécialistes sur les Roms/Tsiganes, qui est chargé de conseiller les Etats membres pour tout ce qui concerne les Roms/Tsiganes et d'inciter les instances internationales à agir là où le besoin se fait sentir.

Son rôle est complémentaire de celui du Coordonnateur du Secrétaire Général pour les activités roms/tsiganes, qui est chargé de promouvoir la coopération avec d'autres organisations internationales concernées et de développer des relations de travail avec les associations roms/tsiganes.

En tant qu'organisation intergouvernementale, le Conseil de l'Europe a pour objectif principal de promouvoir une approche globale des questions roms/tsiganes par les Etats membres; en effet, il semble que seule une vision à long terme des solutions à mettre en oeuvre, accompagnée de mesures visant à améliorer la situation dans les divers domaines de la vie quotidienne, soit à même de permettre une amélioration durable de la situation des Roms/Tsiganes. Enfin, un des principes essentiels prônés par le Conseil de l'Europe est la participation des communautés concernées, par le biais des représentants et associations romani/tsiganes, sans lesquels aucun progrès durable ne pourra être accompli.


Source

: site Internet du Conseil de l'Europe [URL : www.coe.int]