Serbie : le mouvement OTPOR
2003-07-07

OTPOR



Le mouvement Otpor (Résistance) est à mi-chemin entre un syndicat d'étudiants et une organisation politique. Ses dirigeants se plaisent à le présenter comme "la conscience du peuple" ou comme un "chien de garde" (traduction de l'expression anglaise "watchdog"). Otpor a été aux premiers rangs de la lutte contre le régime Milosevic, aux côtés des opposants politiques, mais sans jamais se confondre avec eux : "Nous n'avons pas confiance dans la classe politique" déclarent ses leaders.

Pour la période de transition et de reconstruction qui s'est ouverte le 23 septembre, mais plutôt le 5 octobre 2000, le mouvement Otpor s'est fixé cinq catégories d'objectifs :
- 1) Aider à la constitution d'une nouvelles classe dirigeante
Otpor fait le constat que la fonction publique et l'administration des entreprises (qui sont restées pour la plupart étatiques) manquent de cadres valables. Beaucoup sont arrivés au pouvoir par népotisme ou arrivisme politique et ne sont pas compétents pour faire face aux défis du monde moderne. Otpor rêve de créer en Serbie l'équivalent de l'ENA, avec trois sections : administration publique, diplomatie et études européennes. Il propose par ailleurs de recourir à la diaspora serbe, à la fois pour aider à la reconstruction du pays sur le plan des investissements, mais sutout pour fournir des "cerveaux". A cet effet, il a mis en place une banque de donnée engrangeant des adresses d'experts économiques serbes à travers le monde. Il chiffre à 10.000 le nombre de "managers" qu'il serait bon de faire revenir au pays.
- 2) Faire la vérité sur les crimes (de guerre et économiques)
Otpor n'entend pas laisser les opposants d'hier, aujourd'hui au pouvoir, fermer les yeux sur les errements du passé au nom du réalisme politique. Il a fondé un comité ad hoc au sein de son organisation, mais il milite pour qu'un comité du m^me type soit créé au niveau de l'Etat.
- 3) Assurer la "surveillance" du processus démocratique
Ayant une confiance limitée dans la classe politique, Otpor entend veiller de près à la stricte application du programme de gouvernement de l'opposition, à la rédaction duquel ils ont participé activement.
- 4) Travailler à la réforme de l'Université
La loi adoptée par le régime Milosevic en 1998 avait pour but de "casser" le mouvement étudiant et de museler le corps professoral. Il faut non seulement voter un nouveau statut, mais aussi repenser entièrement le système d'enseignement supérieur en vue de l'adapter aux nécessités du monde moderne.
- 5) Développer des centres locaux
Basé essentiellement à Belgrade, le mouvement Otpor envisage de créer des sections dans les universités de province.

Contacts

:

Equipe des relations internationales d'Otpor
Jovan Ratkovic. Tél. (00 381 11) 64 115 7951. Milos Milenkovic.
Tel.mob. (00 381) 6326 7366.

Email : lusirat@yahoo.com. Site web : www.otpor.free.fr