Moscou peine à instaurer une union économique avec ses voisins (2003)
2013-12-04

Les trois républiques slaves de l'ex-URSS et le Kazakhstan doivent constituer une union économique, malgré de nombreux tiraillements. UN traité qui devrait être assorti de subtiles restrictions......

Moscou peine à instaurer une union économique avec ses voisins



C'est un espace économique en gestation chaotique depuis des années que la Russie, l'Ukraine, la Biélorussie et le Kazakhstan vont essayer de porter sur les fonts baptismaux les 18 et 19 septembre 2003.

En marge d'un sommet à Yalta de la C.E.I. (la "coquille vide" rassemblant les 15 républiques ex-soviétiques moins les Etats baltes), les présidents de ces quatre pays vont signer solennellement un traité devant déboucher sur une union douanière et un alignement de leur politique économique. Il s'agit de rétablir les liens commerciaux perturbés quand la vague de déclarations d'indépendance avait conduit à l'instauration de droits de douane élevés entre ces pays. Au point que la Russie ne fournit désormais plus que 38 % des importations de l'Ukraine.

L'union économique projetée, après une série de tentatives sans portée sanctionnerait surtout un regain d'influence de Moscou auprès de trois républiques soeurs.

Le commissaire européen à l'élargissement, Günther Verheugen a toutefois déclaré à Kiev que le traité de Yalta pouvait "freiner, voire stopper, le processus d'intégration [de l'Ukraine] avec l'Union européenne".

Source

: Le Monde 17 septembre 2003