Aleksandar Tisma (1924-2003), écrivain serbe
2010-02-01

Aleksandar Tisma, l'un des plus importants auteurs serbes de l'ex-Yougoslavie, est mort à Novi Sad, Voïvodine (Serbie-Monténégro), dimanche 16 février 2003. Né le 16 janvier 1924 au nord de la Voïvodine, Tisma combattait les occupants allemands et hongrois aux côtés des partisans de Tito entre 1944 et 1945.

Quelques décennies plus tard, il prenait position contre Slobodan Milosevic, puis trouvait refuge en France en 1993, en Champagne-Ardennes. Ce n'est qu'après la chute du dictateur populiste, en octobre 2000, qu'il reviendra à Novi Sad, où il avait dirigé de nombreuses publications culturelles.

Novi Sad est devenue tristement célèbre en raison du pogrom du 21 au 23 janvier 1942 : plus de 14.000 juifs ainsi que 500 Serbes, femmes et enfants, adultes et vieillards alignés face au fleuve y perdirent la vie. C'est l'histoire de cette ville au bord du Danube qui a inspiré l'œuvre de Tisma. Dans son roman L'Usage de l'homme, Tisma dépeint le tableau vivant d'une petite communauté multinationale de Novi Sad emportée et détruite pendant les années fascistes. Avec Le Kapo, portait d'un jeune juif devenu l'instrument des exterminateurs, Tisma analyse les comportements sauvages de l'homme corrompu par la terreur et la couardise.

Interrogé par Antoine Spire, qui avait choisi le serbe comme mode d'expression, il répondait au sujet de son livre Croyances et méfiances : "Chez nous (dans les Balkans) on apprend vite la méfiance. On peut être ensemble, s'accorder provisoirement, mais l'Autre reste à l'Autre. (…) La confiance totale m'est impossible !".



(Le Monde, 20 février 2003)