Vie littéraire des Azerbaïdjanais en France
2004-07-08

La revue "Azerbaïdjan", qui était l'organe du parti Moussavat (Egalité) a commencé sa publication en 1926 à Paris. La rédaction azerbaïdjanaise de la radio Azadlyk à Münich, créée en 1954 par Sheikulislamov, Hadjibeyli et Fetelibeyli, a travaillé également dans ce sens. Après la disparition de la génération la plus âgée, l'Association des émigrés azerbaïdjanais a cessé de fonctionner, mais plus tard leurs enfants ont pris le relais. La plus brillante représentante de cette génération a été Umbulbanou-Banine (1905-1992), qui a été la meilleure spécialiste de l'œuvre des écrivains russes Bounine et Teffi et de l'Allemand Ernest Jünger. Ce dernier était célèbre pour ses romains et ses essais, et avait traduit en français les œuvres de Dostoïevski.
E n 1998, des Azerbaïdjanais, avec le concours de l'Ambassade de France et de l'Association d'Amitié "Azerbaïdjan-France", dont le président est M. Roustam Ibrahimbeyov, ont publié un livre intitulé "La France et l'Azerbaïdjan, ensemble vers le XXI° siècle", dont les rédacteurs sont MM. R. Aboutalibov et A. Mehdiyev.
Depuis le mois de mars 1999, à l'Institut des langues et des Civilisations Orientales (INALCO) de Paris, des étudiants ont commencé à étudier l'azerbaïdjanais. Ce projet s'est concrétisé pendant la visite en France du Ministre de l'Education de l'Azerbaïdjan, M. Missir Mardanov, qui a négocié avec le recteur de l'INALCO, M. Bourge, l'ouverture d'une chaire à la faculté des langues turque et persane. Vingt étudiants français se sont inscrits à ce cours.
(D'après Az-média, de juin 1999)