Russie : Un journaliste condamné à un an de travaux forcés pour diffamation (2003)
2013-12-12

Russie : Un journaliste condamné à un an de travaux forcés pour diffamation



Le 7 octobre 2003, la cour du district de Kalinine à Tcheliabinsk a maintenu en appel une peine d¹un an de travaux forcés pour le journaliste

German Galkine

, accusé de diffamation à l'encontre de responsables de l'administration régionale de Tcheliabinsk (Oural). Reporters sans frontières proteste vigoureusement contre cette décision de justice.

"La condamnation en première instance de ce journaliste à une peine de réclusion ferme pour diffamation était choquante, mais elle pouvait encore passer pour une simple mise en garde. En revanche, la confirmation de cette peine en appel signifie que la justice veut réellement que German Galkine purge une telle peine, ce qui est tout à fait inacceptable", a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de Reporters sans frontières. L¹organisation a demandé au chancelier allemand Gerhard Schröder, en visite officielle à Ekaterinburg les 8 et
9 octobre, de faire part de son inquiétude aux autorités russes face à ce cas et aux menaces que font peser sur les journalistes ces articles du code pénal qui prévoient des peines de prison pour diffamation.

Le 15 août 2003, German Galkine, éditeur en chef adjoint du quotidien Vecherny Tcheliabinsk, directeur de publication de l'hebdomadaire Rabochaïa Gazeta et président de l'antenne locale du parti d'opposition Russie libérale, avait été condamné en première instance à un an de travaux forcés pour diffamation et insulte (art. 129-2 et 130 du code pénal de la Fédération de Russie) envers deux vice-gouverneurs de la région, Konstantin Botchkarev et Andreï Kosilov. Ce dernier avait porté plainte en juin 2002, suite à trois articles publiés dans Rabochaïa Gazeta qui accusaient le gouverneur Piotr Soumine et ses collaborateurs de malversations financières ("Le vrai Soumine", publié le 16 avril 2002, "Patience gouvernementale", publié le 8 février 2002 et "Sur l'état de santé de Soumine", publié le 12 février 2002). Connu pour ses articles critiques à l'égard de l'administration locale et du gouverneur de la région, Piotr Soumine, le journaliste avait été agressé devant son domicile à Tcheliabinsk le 14 juin 2002.

L'organisation rappelle que, selon l'article 130 (§2 et §3) du code pénal de la Fédération de Russie, l'offense est passible d'une peine pouvant aller jusqu'à un an de travaux forcés, et que, selon l'article 129 (§2 et §3), la calomnie est passible d'une privation de liberté pouvant atteindre trois ans.



Source

: Reporters Sans Frontières