Azerbaïdjan : un journaliste disparu, deux autres interpellés (2003)
2013-12-12

Azerbaïdjan : un journaliste disparu, deux autres interpellés



Azer Garachenli

, correspondant de l'hebdomadaire Avropa, a disparu le 16 octobre à Bakou, alors que des heurts éclataient entre des manifestants et la police, au lendemain de l'élection présidentielle. Bien que son interpellation par des représentants masqués des forces spéciales de police ait été filmée, le ministère de l1Intérieur a nié détenir le journaliste.

Reporters sans frontières est très préoccupée par la disparition Azer Garachenli et demande aux autorités de tout mettre en oeuvre pour le retrouver dans les plus brefs délais. Malgré les annonces officielles de retour au calme, deux journalistes ont été interpellés, le 17 octobre, et des milliers de journaux d1opposition saisis. L1organisation demande aux autorités de libérer les journalistes arrêtés et de condamner toute entrave à la circulation de l1information.

Le 17 octobre,

Sayaf Gadoriv

et

Teymur Imanov

, deux journalistes du quotidien d'opposition Yeni Musavat, ont été interpellés par la police alors qu'ils sortaient des locaux de leur journal. Dans l'après-midi, le rédacteur en chef, Rauf Arifoglu, a failli être arrêté mais s'est échappé à bord de son véhicule. Les motifs de ces arrestations ne sont pas connus.

Le même jour, des inconnus en civil ont retirés des kiosques, dans plusieurs villes du pays, plus de 20 000 copies de quotidiens d'opposition, dont Yeni Musavat, Azadliq, Hurriyet et Baki Habar. Des vendeurs à la criée se sont également vus dépossédés de leurs journaux.

Au cours d1une conférence de presse qui s1est tenue le 17 octobre au Press Club de Bakou, Aflatun Amashev, président du Comité pour les droits des journalistes RUH, a dénombré plus de 70 journalistes brutalisés entre le 15 et le 16 octobre, parmi lesquels 49 ont été blessés et six ont vu leur matériel photo et vidéo cassé ou confisqué. Parmi les journalistes blessés, l1état de santé de Nabi Alishev, employé du quotidien Khurriyet, et de Emin Huseynov, correspondant de l1agence de presse Turan, reste préoccupant

Source

: Reporters sans frontières Europe