Le retour de l'Europe des États, N°42
2008-09-08

Plusieurs événements intervenus au cours des dernières semaines nous portent à penser que le projet d'une Europe de type fédéral (ou confédéral) marque le pas au profit d'une « Europe des États » :
- Le vote de la Suède contre l'adhésion à la zone euro, venant à la suite du refus réitéré du gouvernement britannique d'organiser un référendum sur ce sujet, confirme la résistance d'un certain nombre de pays européens à l'égard d'une politique monétaire commune.
- Des voix s'élèvent de plus en plus - et non des moindres - contre la partie du projet de constitution élaboré par la Convention qui prévoit un nombre restreint de commissaires. Les pays membres du Groupe de Visegrad (cf. p. 2) et le président de la Commission lui même, M. Romano Prodi, plaident pour un exécutif européen de 25 membres, un par pays. Même si ces commissaires ne représenteront pas formellement leurs pays, une structure de ce type contribuera à accentuer le caractère « interétatique » de la coopération européenne. D'autant qu'il y a tout à parier que les Conférences intergouvernementales (CIG) et les Sommets des chefs d'État et de gouvernement continueront à jouer un rôle de premier plan dans les décisions européennes.

Dans ce contexte, l'Europe semble s'orienter, au moins dans les dix ans à venir, vers une configuration à géométrie variable et à plusieurs vitesses : la construction européenne progressera à force d'accords intergouvernementaux, avec ceux des États de L'Union qui voudront ou pourront s'associer pour un projet commun. D'où le rôle, que l'on pressent déterminant, de la constitution de « noyaux durs », qui proposeront ou imposeront des avancées majeures dans un certain nombre de domaines stratégiques, en clamant la célèbre devise de Philippe VI « Qui m'aime me suive ! ». C'est dans ce sens, à nos yeux, qu'il faut interpréter le récent renforcement de la coopération franco-allemande, qui constitue à nos yeux l'illustration parfaite du retour de « l'Europe des États » .

Hervé Collet

, rédacteur en chef de la Lettre du COLISEE.