Le Parlement lituanien lance la procédure de destitution contre le Président Paksas
2004-02-20

Le Parlement lituanien lance la procédure de destitution contre le Président Paksas

« Le Parlement (…) a décide de commencer la procédure de destitution du Président Rolandas Paksas » ; c'est en ses termes qu'a été votée (62 voix pour, 11 contre, 3 abstentions, sur un Parlement qui compte 140 élus) jeudi 19 Février une résolution lançant la procédure de destitution contre le Président de la République de Lituanie.

Les députés présents ont vote le rapport présente durant 7 heures par le comite spécial (six parlementaires et six juristes) mis en place il y a un mois après un vote du Parlement sur un précèdent document établissant que M. Paksas représentait une menace pour la sécurité de l'Etat. Le rapport final présente le 19 Février confirme que le Chef de l'Etat est coupable des six chefs d'accusation retenus précédemment contre lui :
- Il représente une menace pour la sécurité nationale ;
- Il a viole son serment ;
- Il est responsable de fuites d'informations confidentielles ;
- Il est responsable d'interférences dans les privatisations et les affaires du prive ;
- Il est responsable d'avoir introduit la confusion dans le fonctionnement des institutions publiques
- Il est enfin responsable d'avoir laisse ses aides abuser de leurs prérogatives.

Le Parlement a également vote une résolution demandant que la Cour constitutionnelle confirme ces conclusions avant l'organisation du vote de destitution proprement dit. Au moins 85 voix (sur 140) sont nécessaires pour destituer le Président et les analystes ne prévoient aucun vote avant le début du mois d'Avril. Si M. Paksas est demis, l'intérim sera assure durant deux mois par le Président du Parlement, Arturas Paulauskas, le temps d'organiser un nouveau scrutin.

Il est a noter que, en vertu de la Constitution, le Président demis pourra de nouveau de présenter a la présidentielle et les experts n'écartent pas une possible réélection. Rolandas Paksas effectue d'ailleurs déjà de nombreux déplacements dans les campagnes qui ont été son principal soutien lors de son élection à la présidence il y a 13 mois.