Russie : liberté de la presse
2003-07-25

Trois semaines après l'enlèvement du correspondant de l'AFP en Ingouchie les ravisseurs n'ont toujours pas été identifiés




D'après une "source de bonne foi" citée par l'Agence France-Presse le 24 juillet 2003,

Ali Astamirov

, correspondant de l'agence en Ingouchie, "est en vie et se trouve en Tchétchénie". Mais l'enquête criminelle ouverte à Nazran le 6 juillet n'a, trois semaines après les faits, toujours pas permis d'identifier les ravisseurs, ou de connaître leurs motivations et aucune demande de rançon n'a été transmise à la famille du journaliste ou à l'AFP.

Reporters sans frontières exprime sa vive inquiétude et demande aux autorités en charge de l'enquête de redoubler leurs efforts afin de retrouver la trace du journaliste et de permettre sa libération dans des conditions qui ne mettent pas en danger sa sécurité.

Selon l'AFP, Ali Astamirov a été enlevé de force, le 4 juillet dernier, à Nazran (Ingouchie), par trois hommes armés, dont deux masqués, selon des confrères témoins de la scène. Le journaliste a été menacé avec une arme et poussé dans une voiture blanche sans plaque d'immatriculation.
Ali Astamirov, agé de 34 ans, de nationalité tchétchène, collaborait avec l'AFP depuis plus d'un an, et couvrait les événements en Ingouchie et en Tchétchénie. Ces derniers mois, il avait reçu plusieurs appels téléphoniques anonymes le menaçant et avait déménagé, craignant pour sa sécurité.

25 juillet 2003

Source

:

Reporters sans frontières

Secrétariat international -
Bureau Europe

- 5, rue Geoffroy-Marie 75009 Paris France
- Tél : (33) 1 44 83 84 84
- Fax : (33) 1 45 23 11 51
- E-mail : [URL : europe@rsf.org]
- Web : [URL : www.rsf.org]