Théâtre macédonien : "Le Démon de Debarmaalo" de Goran Stefanovski
2012-03-15

Le Théâtre national de Syldavie présente "

Le Démon de Debarmaalo

" de Goran Stefanovski,

- mise en scène Dominique Dolmieu,

- avec Renaud Baillet, Fabrice Clément, Michel Fouquet, Nouche Jouglet-Marcus, Franck Lacroix, Aurélie Morel, Barnabé Perrotey, Nathalie Pivain et Christophe Sigognault

- assistante Céline Barcq,

- scénographie Arben Selimi,

- lumières Tanguy Gauchet,

- réalisation sonore Francesco Russo,

- décors & costumes Anne Deschaintres,

- texte traduit du macédonien par Maria Béjanovska (éditions l’Espace d’un instant).

Le Démon de Debarmaalo est l’écho d’un authentique fait divers qui s’est déroulé à Paris en 1387 et qui a fait depuis le tour du monde : celle du barbier égorgeant ses victimes avant de les confier à un complice, chargé de transformer les cadavres en délicats pâtés à la viande. On en connaît notamment la version cinématographique de Tim Burton, Sweeney Todd.

Dans une écriture résolument contemporaine, ce Démon façon kebab nous raconte 20 ans de transition en Europe de l’Est, depuis le cataclysme de 1989, et nous parle de cannibalisme, de purification et de rédemption, de monstre, de territoire et de justice.

Après un passage au Festival d’Avignon et à la Comédie Française avec Hôtel Europa, c'est donc à l'Opprimé qu'on retrouve le macédonien Goran Stefanovski. L'occasion de prolonger la saga balkanique du Théâtre national de Syldavie : une création « in yer face », un spectacle percutant et intensif, une farce grotesque aux accents de comédie noire et de mélodrame post-industriel.

Goran Stefanovski est né en 1952 en Macédoine. Auteur dramatique, et plus largement écrivain et universitaire, il est installé en Angleterre depuis les années 90. Il a beaucoup écrit à propos des migrations, des conflits sociaux, de la transition postcommuniste et de l’identité multiculturelle. Bon nombre de ses œuvres sont des productions internationales, largement représentées en Europe, et notamment au BITEF de Belgrade.

Une production de la Maison d’Europe et d‘Orient avec l’Aide à la production d’Arcadi, l’Aide au montage du Centre national du Théâtre, l’Aide à la production dramatique de la DRAC en coréalisation avec le Théâtre de l'Opprimé.

Lieu

: Théâtre de l'Opprimé, 78/80 rue du Charolais, 75012 Paris.

Dates

: du 7 au 25 mars 2012, du mercredi au samedi à 20h30 et le dimanche à 17h.

Tarifs

: 16 € / 12 € / 10 €

[URL : http://www.theatredelopprime.com]