Conférence : " De la carte au territoire. Les nouvelles frontières de l'Asie centrale"
2012-06-11

La Bibliothèque universitaire des langues et civilisations (BULAC) propose pour la 6ème conférence du cycle "La fin des frontières ?",

- "

De la carte au territoire : les nouvelles frontières de l'Asie centrale

",

- avec

Julien Thorez

(CNRS) et

Sébastien Colin

(INALCO),

- le mardi 19 juin 2012, de 18h30 à 20h30,

- à l'Auditorium du Pôle des langues et civilisations, 65 rue des Grands Moulins, 75013 PARIS (Métro Bibliothèque François Mitterrand, téléphone 01 81 69 18 38).

L’accession à l’indépendance des pays d’Asie centrale (Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Turkménistan), consécutive à la disparition de l’URSS, a coïncidé avec l’apparition de plus de 15 000 km de frontières internationales au coeur de l’espace eurasiatique. Tracées dans le cadre de la politique soviétique d’aménagement du territoire, ces frontières sont inédites.

Quelquefois discutées, elles sont désormais appropriées, fonctionnalisées et équipées par des Etats qui affirment leur place dans le champ géopolitique régional. Longtemps cartographiques, les nouvelles frontières de l’Asie centrale tendent de ce fait à devenir des barrières, qui contribuent l’individualisation des nations post-soviétiques tout en menaçant la cohésion des entités régionales.

Alors que l’ouverture des anciennes frontières permet à l’Asie centrale de s’insérer dans les mécanismes de la mondialisation, la région connaît un cloisonnement inédit, souvent subi par des populations frontalières contraintes de s’adapter aux nouveaux contours du territoire. Vingt ans après les indépendances, la transition territoriale post-soviétique débouche sur une redéfinition de l’articulation entre les nations et les régions qui place au c¦ur de la géographie de l’Asie centrale les Etats-nations-territoires
.



Julien Thorez

est géographe et chargé de recherche au sein de l'unité mixte de recherche "Mondes iranien et indien" du CNRS. Ses recherches se rapportent à la géographie de l’Asie centrale (Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Tadjikistan, Turkménistan). Il est membre du projet ANR "Le Caucase et l’Asie centrale post-soviétiques, un autre sud ?", ou il étudie la construction territoriale des pays nouvellement indépendants et sur les migrations.



Sébastien Colin

est géographe et maître de conférences à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO). Ses enseignements portent sur la géographie et la géopolitique de la Chine, de la péninsule coréenne et de l’Asie orientale. Il est membre des équipes ASIEs et HSTM de l’INALCO.