Ukraine / Affaire Gongadzé : Koutchma accusé
2003-09-12

Association EVEIL

Affaire Gongadzé : une lettre d'un ex-policier accuse Koutchma



AFP | 10.09.03 | 14h11

L'ex-policier ukrainien Igor Gontcharov

, mort en prison le 1er août dans des circonstances obscures, accuse directement le président Leonid Koutchma d'être impliqué dans le meurtre du

journaliste d'opposition Guéorgui Gongadzé

, dans une lettre dont l'AFP a obtenu copie mercredi 10 septembre.

L'Institut des mass médias, représentant en Ukraine l'organisation Reporters sans frontières (RSF), a décidé de rendre publique cette lettre dont elle n'avait diffusé auparavant que des extraits évoquant l'implication de "hauts responsables de l'Etat", après que le Parquet général en eut confirmé lundi l'authenticité.Evoquant une série de crimes pour lesquels il était emprisonné, mais aussi le meurtre du journaliste d'opposition, l'ex-policier écrit qu'ils ont été "commis sur ordre du ministre de l'Intérieur de l'époque, Iouri Kravtchenko, et de son successeur, Iouri Smirnov". Il ajoute que "les plus hauts responsables de l'Etat et le président étaient au courant de ces enlèvements et de ces meurtres et sont impliqués".

Directeur du journal en ligne Ukraïnska Pravda, connu pour sa critique acerbe du pouvoir,

Guéorgui Gongadzé

a été enlevé en septembre 2000 à Kiev par d'ex-agents de la police criminelle et des membres d'une bande organisée, selon la lettre. Son corps sans tête avait été retrouvé près de Kiev en novembre 2000.Le président Koutchma a vigoureusement démenti toute implication dans l'affaire Gongadzé après avoir été accusé par l'opposition d'avoir commandité ce meurtre, sur la foi d'un enregistrement audio réalisé secrètement par un officier de la garde présidentielle aujourd'hui réfugié aux Etats-Unis.

Igor Gontcharov

avait démissionné en 1998 de la police. Il avait été arrêté en mai 2002 pour son rôle présumé dans les meurtres perpétrés par cette bande associant bandits et ex-policiers. Il affirme dans sa lettre avoir été battu et torturé en prison et sa mort, selon son avocat, a été causée par ces mauvais traitements. Son corps a été incinéré trois jours après sa mort.

Transmis par :



EVEIL Association -
Association Loi 1901
- 10, quai Jean Mermoz 78400 Chatou - France
- Tél. (00 33) 1 30 53 43 24
- Fax (00 33) 1 34 80 60 77
- Courriel : [URL : info@eveil.asso.fr]
- Site Internet : [URL : www.eveil.asso.fr]