Elections croates : le HDZ nouveau est arrivé…
2004-05-14

Les élections parlementaires qui se sont tenues le 23 novembre en Croatie ont vu la victoire du parti de l’ancien président Franjo Tudjman, le HDZ, qui revient ainsi aux commandes de l’État, avec une équipe sensiblement renouvelée. Avec un score d’environ 75 sièges, la formation dirigée par Ivo Sanader devance le Parti social-démocrate du premier ministre sortant, Ivica Racan, en place depuis janvier 2000, qui ne recueille que 65 sièges selon les premiers résultats. Ce dernier comptait sur un bilan plutôt positif de son action pour se maintenir au pouvoir : redressement économique amorcé, réformes engagées, sortie de l’isolement international, qui s’est traduit notamment par le dépôt de demande d’adhésion du pays à l’Union Européenne, en vue du 2ème round de 2007. Mais c’était compter sans la campagne particulièrement active du HDZ, dont la composition et les lignes de programme ont été notablement transformées au cours de ces dernières années. Ivo Sanader s’est efforcé de casser l’image laissée par Tudjman, en se débarrassant de l’aile radicale du parti et en affichant des idées pro-européennes et encore plus, pro-américaines. Il a même été jusqu’à inviter la minorité serbe à revenir au pays. Bien que cette « révolution culturelle » soit très perceptible, certains observateurs doutent que le HDZ, traditionnellement nationaliste, ait exorcisé tous ses démons. «On reconnaît l’arbre à ses fruits» : le futur gouvernement devra prouver sa bonne volonté devant la communauté internationale, en coopérant notamment d’une manière plus déterminée avec le Tribunal Pénal international pour l’ex-Yougoslavie. Ce dernier reproche à la Croatie de ne pas avoir arrêté le général Ante Gotovina, recherché pour crimes de guerre pendant les guerres en ex-Yougoslavie. Quant aux Etats-Unis, ils attendent de la Croatie qu’elle signe des accords prévoyant la non-extradition de ressortissants américains susceptibles d’être inculpés par la Cour Pénale Internationale. H. C.